Peyo, l’expo

C’est au centre Wallonie Bruxelles que je suis allée pour voir l’expo Peyo.

Peyo a commencé par  dessiner Johan pour ensuite rajouter Pirlouit. Les schtroumpfs sont apparus plus tard, pour la première fois dans un tome de Johan et Pirlouit intitulé : « La flute à six shtroumpfs ». En dernier, Benoit Brisefer est né.

Peyo est mort d’épuisement car, en plus de son diabète, il devait beaucoup voyager entre Hollywood et Bruxelles pour l’adaptation de ses BD en dessin animé ou pour la création de produits dérivés. Pourtant il y avait d’autres dessinateurs qui l’aidaient. Ils ont continué à inventer des histoires de Schtroumpfs après sa mort.

Petits trucs en plus:                                                             – « Schtroumpf » ressemble au mot « chaussette » en flamand                                                                             – Ce dessinateur a été scout durant sa jeunesse

Rorolacolock

Pour plus d’infos allez ici :      http://www.cwb.fr/programme/expo-peyo

 

moi journaliste : une nouvelle expérience

Voilà, mon année de 6° s’est achevée. Et le Canard dans tout ça ?

Pour moi, cette année a été incroyable grâce au Canard ! C’est bien d’écrire et de publier, de partager ses idées, de rigoler (normal, c’est mon point fort), d’avoir participé à la Battle (on a parlé à la radio !!!), d’avoir gagné un prix – sachant que le Menu du Canard a été élu meilleur journal en ligne de l’académie de Paris !!! (vous avez raison, je frime). Bon, si on parlait de tout ça un peu plus en détail ?

D’abord je vais commencer par la base du journal, écrire. Ce qui est l’essentiel dans la vie d’un journaliste, c’est L’ACTUALITÉ ! Moi j’ aime bien parler actu, même si je n’ai pas fait beaucoup d’articles sur le sujet, ça apprend beaucoup de choses et même au delà du sujet traité ! Et puis, j’aime bien lire les articles d’actualité des autres journalistes du Canard, ça me parle plus que l’actu à la télé. Après déco, conseils, etc., ça passe.

Puis après, la Battle. Ah ouais, ça c’était le meilleur souvenir de toute ma vie ! On a parlé a la radio !!! NON MAIS A LA RADIO QUOI ! Je raconte : articles de la Battle, (innovation, société ou même écologie) puis petit débat simple sur ces sujets (je crois qu’au débat, j’ai fait ma petite pipelette).

Enfin, pourquoi (pour moi) le Menu du Canard est élu meilleur journal de l’Académie de Paris ? Peut-être justement parce qu’on écrit beaucoup, qu’on y met de la passion (beaucoup) et surtout qu’on a pas notre langue dans notre poche !

Manel

les différents types de manga- le josei

Continuons dans la romance avec le josei. Le josei est une sous-catégorie que je trouve trop peu connue. C’est un genre de manga qui, comme le shojo, parle aussi d’amour mais traité de manière plus mature.  Les josei sont destinés aux jeunes femmes d’environ 20 ans (je le répète, tout le monde peut lire des josei que ce soit des garçons ou des filles, c’est juste le public visé par les auteurs). Quand je dis « plus mature », je veux parler en particulier des personnages féminins, souvent timides et niaises dans les shojos, qui sont plus affirmées et fortes dans les josei. Le josei peut contenir du sexe et a un langage plus cru (voire carrément vulgaire). Les histoires dans le josei peuvent être dramatiques, et mal se terminer (ils ne se marièrent pas et n’eurent pas plein d’enfants). Car oui, dans la plupart des shojo (en fait dans TOUS), la protagoniste et son « crush » finissent ensemble. Mais le josei étant plus réaliste n’est pas obligé de bien se finir. Attention, ça ne veut pas dire qu’il n’y aura pas d’histoires d’amour très intenses et romantiques dans les josei, au contraire. Les jeunes femmes mises en scènes se posent souvent beaucoup de questions sur leur vie amoureuse, il n’est pas inhabituel d’ailleurs de les voir changer de partenaires amoureux. Tout comme dans le shojo les relations amicales sont très importantes. Elles aussi peuvent être dramatiques et fusionnelles. (Re)attention, ce n’est pas parce que le josei est plus réaliste qu’il ne peut pas être niais. Des tirades, sont des fois sorties tout droit de comédies romantiques à l’eau de rose !

Je vais maintenant vous présenter un josei qui m’a énormément plus (et qui est extrêmement connu) qui se nomme « Nana ». C’est l’histoire de deux filles qui s’appellent « nana » (quelle surprise !), qui ont le même âge, se trouvent dans le même train pour toutes les deux chercher un travail à Tokyo. Ces deux jeunes femmes vont se trouver colocataires. Malgré les coïncidences qui peuvent les relier elles ont des caractères complètement opposés. Une au style punk qui fait tout pour faire décoller sa carrière de chanteuse. Derrière ses airs de grosse dure on découvre une fille très sensible mais à la fois très forte. L’air de rien, elle est aussi très solidaire et amicale. De l’autre côté, une jeune femme qui a bien du mal à trouver l’âme sœur, assez naïve et capricieuse. Toujours à changer de partenaire, elle rêve du grand amour. Malgré ses défauts évidents, son sourire et sa bonne humeur réussissent à combler son entourage. On découvre leur quotidien qui peut s’avérer être plein de complications et d’émotions.  Ce manga est très captivant et la relation qui évolue peu à peu entre les deux nanas est très touchante.

Thaïs

Tungouska, entre vérité et fiction

Une doline à l’emplacement de l’évènement de la Tunguska. (Université de Bologne)

Je vais vous parler de Tungouska, ou plutôt de « l’événement de Tungouska ». Vous devez vous dire : Maikesquec’estkça ? Eh bien, l’événement de Tungouska, c’est une explosion qui s’est produite le matin du 30 juin en 1908, localisée près du lac de Tungouska [d’où le nom] qui a abattu 60 millions d’arbres dans un rayon de 20 km et qui a fait une déflagration sur plus de 1500 km. Le pire dans tout ça, c’est qu’on ne sait pas comment l’explosion s’est produite. Il n’en fallait pas plus pour que les hypothèses les plus farfelues émergent, et beaucoup d’oeuvres [jeux-vidéo, romans, films] s’en servent de fond ou de base de fiction.

Voici donc quelques théories qui sont crédibles :

– Un mini trou noir. Imaginez un objet de la taille de quelques atomes et qui pèse plus d’ 1 million de milliards de tonnes et ben, quand un micro trou noir explose cela pourrait théoriquement refaire l’événement de Tungouska.

– Une comète d’antimatière qui, une fois au contact de la « matière », explose aussi.

– Un astéroïde de matière noire [j’ai pas envie de rentrer dans les détails de la matière noire mais elle est indétectable pour le moment] qui aurait été en contact avec la Terre et qui aurait explosé.

Et celles qui sont carrément délirantes :

– Une dernière expérience de Nikola Tesla [l’inventeur du radar, des robots télécommandés et du courant alternatif] qui a vécu à la même époque.

– Une explosion nucléaire avant l’heure [de son invention] ou une d’origine extraterrestre.

– 10 millions de tonnes de méthane [ce qui il y a dans le pet de vache]  qui se seraient enflammées après s’être échappées du sol

– Une des divinités locales [appelé Ogdy]  d’un peuple habitant la région, les Evenks. C’est leur « dieu du feu » qui aurait causé l’explosion.

– Un crash ou décollage d’OVNI  sur Tungounska [en même temps c’est un lieu très reculé, parfait pour se cacher]. 20 ans s’étant passés avant les premières expéditions, ça a été suffisant pour le gouvernement de faire disparaître toutes les preuves de vie extraterrestre et de les conserver autre part, comme dans le zone 51 par exemple.

En bref, cette histoire restera secrète pour un petit moment mais je trouve ça très intéressant de voir les différentes théories qui en parlent.

 OLivier

moi, journaliste : apprendre à bien formuler les choses

Ecrire des articles, ça permet de parler de ce qu’on aime (ou qu’on n’aime pas) mais surtout, ça fait apprendre à bien formuler les choses, à trouver le bon mot. Et puis, c’est amusant parce que chaque article a son sujet bien à lui et qu’on peut aborder plein de thèmes différents.

C’est cool aussi d’être lu et ça fait plaisir d’avoir des commentaires des gens.

Ca fait aussi plaisir d’être en équipe – équipe de journalistes jeunes, et de pouvoir partager ses idées. C’était une très bonne année et j’espère retrouver tout le monde l’année prochaine. Pour ma part, j’ai l’intention de continuer (avec une heure en prime d’atelier).

En attendant, bonnes vacances  à tous !

Camille