de l’ennui à la rigolade (1er avril)…

La rigolade va me tenir compagnie pendant quelques jours… car… mes poissons d’avril sont des blagues dans la maison ; il y en a 4 mais je ne vais vous en raconter que 2, car mes parents lisent mes articles et je veux leur garder la surprise pour ceux qu’ils n’ont pas encore découverts.

Une première blague… qui n’a pas marché : au meilleur moment de la journée, j’avais réussi à placer une bouteille pas trop remplie, collée avec du scotch à la porte de ma chambre, parce que je savais que papa allait venir pour me prévenir d’un Skype avec ma prof de chinois individuel. Sauf que, au lieu de se retourner (comme prévu), eh bien la bouteille est restée en hauteur sans se retourner ni verser l’eau sur la tête de mon père !! Raté !!!

L’autre a totalement marché : j’avais mis du sucre dans la bouteille d’eau pétillante (Salvetat) de maman. Elle en a bu un peu et elle a pensé que c’était à cause du chili con carne végétarien (haricots avec viande végétarien… bizarre non?) que nous avions mangé. Elle s’en est resservi, a bu quasi tout son verre et a dit : « Après le chili con carne, l’eau est un peu bizarre… » Je ne pensais pas que ce serait sa réaction et j’ai eu le mauvais réflexe de… RIRE !!  Elle a tout de suite su ce que j’avais fait (ne pas oublier qu’un goût sucré se reconnaît !!).

Voilà. Demain je vous dirais les autres blagues si elles ont été testées par mes parents.

Nathan (au quotidien. Vous pouvez maintenant m’appeler : « LE DÉMON DU 1ER AVRIL »).

court, c’est bien aussi

Aujourd’hui je vais ralentir l’humour et dire un truc qui me déprime même si ça me fait rire : mon père dit souvent  « Pendant les vacances… ça vous dirait que je vous emmène rue Meslay ? » *

Nathan (au quotidien. Je crois que c’est l’article le plus court que j’ai écrit.)

*Rue Meslay : lieu de confinement familial, Paris 3è arrondissement

journée rangement

Aujourd’hui, c’était rangement, cette journée exaspérante prévue 2 jours à l’avance et où l’on sait que les parents vont prendre bien du plaisir à nous engueuler.

Je me suis levé vers 9h, ai regardé une série, puis je suis descendu voir ma mère. On a fait des gaufres, moins bonnes que d’habitude nous nous sommes dit. C’est vrai qu’elles étaient sèches.

Ensuite, la journée a vraiment, pour de bon, commencé. Mon père nous a demandé de faire un « pré-rangement » (en gros préparer sa chambre et se préparer et physiquement et psychologiquement avant l’imposante et virile tornade que sont mes parents), ce que j’ai fait. Puis nous nous sommes attaqués aux chambres. J’avais oublié que la mienne était aussi dégoûtante et en désordre… Alors que j’y passe tout mon temps en plus.

Ma mère et moi (je le savais dès le début qu’elle allait s’énerver à la simple vue de mon espace personnel), nous nous sommes donc mis à trier les boîtes de chimie éventrées, des magazines ne servant plus, des vêtements trop petits, des livres cornés… tout un tas de petites choses qui allaient mettre ma mère en rogne. Ce qui est arrivé. Elle a donc shooté dans la boîte de chimie que j’essayais de ranger, selon elle pas assez vite. Eh oui, on travaille à la chaîne dans cette famille.

Je suis sorti de la maison pour aller entre le premier et le deuxième étage de l’immeuble pour reprendre mes esprits et réfléchir cinq-six minutes, ce que je n’avais jamais fait auparavant. Bon, moi qui voulais changer la disposition des meubles de ma chambre, ce n’était pas gagné, huit heures de rangement étaient déjà passées. Mais c’était à peu près fait : encore quelques petites choses qui devraient trouver leur place, je « réorganiserais », je l’espère, ma chambre le week-end prochain.

On s’est donc attablés. L’ambiance de ce dîner, n’était pas très bonne, aucune discussion n’a démarré. Soupe de légumes et pesto, saucisses pour les non-végétariens étaient au menu de cette fin de soirée. On s’est ensuite mis à regarder Les Incorruptibles de Brian de Palma, très bon film d’ailleurs, je vous conseille.

Bon, je vais me coucher. Bonne nuit, à demain pour une « nouvelle » journée,

Lélé blasé (lui-même)

j’ai froid

Aujourd’hui, simple sortie dans la rue, les conditions de confinement vont se faire de plus en plus strictes. La rue est déserte. L’air est glacé. Le temps magnifique. Ma sœur court et saute partout. Un homme assis sur le pas de sa porte prend l’air. La rue adjacente, habituellement lieu favori des trafiquants, est déserte également. Ambiance étrange. L’escalier à côté, dégoûtant l’autre jour, a été enfin nettoyé. Ce ciel si bleu m’énerve. J’ai froid. Il paraît que la quarantaine va durer plus d’un mois. Cela me semble infiniment long. J’en ai assez. Ne plus pouvoir sortir du tout serait difficile. Hier soir, j’ai vu ma rue différemment avec tous ces gens que je ne connais pas à leurs fenêtres, à applaudir, sous un ciel bleu sombre magnifique, couleur que je vois rarement, habituellement masquée par la pollution.

Azadee

 


Confinés mais pas tout seuls ! Au Menu du Canard accueille aujourd’hui un article de Veni, Vidi, Valmy, le journal du collège Valmy.

par ma fenêtre

Par ma fenêtre, je vois.

Une rôtisserie fermée. Un magasin de fruits. Fermé également. Et le camion de livraison de fruits et légumes tagué, à l’arrêt depuis que son magasin a fermé. Une poissonnerie et un traiteur. Tous les deux fermés.

Je vois aussi des gens dehors, malgré le confinement. Des gens qui font la queue jusque sur le trottoir pour acheter leurs cigarettes. Des gens qui font des footings, pour la première fois depuis 30 ans. Des bus qui attendent au feu, des vélos, des voitures, des gens à pieds, des personnes avec des caddies, des motos…

La croix de la pharmacie avec ses animations lumineuses et la température qu’il fait en ce moment : 8°…

Noé ————————————————————————————–

Confinés mais pas tout seuls ! Au Menu du Canard accueille aujourd’hui un article de Veni, Vidi, Valmy, le journal du collège Valmy.

 

 

jour 12

La situation continue à se dégrader : mon père devient pire que ma mère ! Aujourd’hui, il m’a demandé l’autorisation d’aller se laver après son jogging !! En même temps, entre les devoirs avec moi, son travail personnel et maman… c’est du boulot !

On n’a plus d’idées de musiques pour égayer les repas. D’ailleurs on en a aussi marre de cuisiner 2 fois par jour. Mais papa a trouvé une nouvelle chanson de Bob Dylan (ou Bob, dit l’âne. Ou encore Bobby l’âne. Je pensais qu’il s’appelait comme ça quand j’étais plus jeune) qui dure 17 min. C’est pour ce soir !! Repas rapide : 17 min pour manger ! Speed run !!

Sinon, au programme de ma journée : je dois faire ma gym, recopier 3 pages de physique chimie, corriger une fiche puis en faire une autre en histoire/géo pour Mme Nedelec (c’est une prof en même temps sévère et marrante et puis, ce qui est cool avec elle, c’est qu’elle envoie souvent le corrigé en même temps que les devoirs. Elle est pressée !).

Je ne lis pas assez, mon père me le dit tout le temps, donc je me suis mis à LAvare de Molière et L’Écume des Jours de Boris Vian. LAvare c’est bien mais tu dois attendre un peu avant de voir les trucs rigolos. L’Écume des Jours c’est cool mais tu as la description d’un mariage entier pendant 10 pages. Ça te donne envie de sauter ce passage un peu fatiguant au bout d’un moment. Je fais passer ça avec un peu de musique le soir.

Mais que je suis content d’avoir avancé dans un jeu sur tablette, créé beaucoup de trucs sur switch et installé tous les jeux les plus flippants de la planète sur mon téléphone ! D’ailleurs, je vais vous les citer :

Granny (tout le monde connait) : ta grand-mère te poursuit dans sa maison et tu dois en sortir en 5 jours sinon elle te tue.

Granny Chapter 2 : c’est la même chose mais ce sont tes 2 grands-parents qui te gardent prisonnier et qui ont 5 jours pour te tuer.

IT Horror Clown : c’est le même truc mais tu es poursuivi par un clown qui s’appelle Pennywise et dans son réfrigérateur, tu peux trouver 2 têtes coupées.

Enfin, Creepy Granny Scream : même chose mais tu es poursuivi soit par un boucher avec une tronçonneuse soit par un zombi.

Voilà c’est tout. Merci énormément d’avoir réussi à me lire jusqu’à la fin.

Nathan (au quotidien inintéressant)

PS Je n’ai pas reçu de nouvelles questions et j’en attends avec toute l’impatience que j’ai de vous répondre !

cher lecteur

J’ai reçu un commentaire à l’un de mes articles, d’un lecteur qui m’a posé les questions suivantes : « Qu’est-ce que ça fait de sprinter dans la rue Meslay vide ? » et « Quelles stratégies mettre en place face à la mise en orbite de nos parents ?« . Eh bien, cher lecteur, je vais te répondre.

Premièrement : ça me fait bizarre de sprinter dans la rue Meslay mais pas à cause de cette rue, à cause des bruits de voitures que j’entendais normalement dans les rues à côté et qui a disparu.

J’ai battu mon record d’allers-retours. Avant-hier : 3 allers-retours x 900 m donc 2 700 m. Aujourd’hui : 4 allers-retours x 900 m donc 3 600 m. Je cours au milieu de la rue pour ne croiser personne. La rue Meslay fait des montées et des descentes donc ça fatigue quand même pas mal !!

Deuxièmement : je crois, concernant les parents, que sortir un peu plus, arrêter l’alcool et arrêter de fumer serait déjà une bonne chose. D’ailleurs aujourd’hui, la santé de mes parents a encore baissé d’un cran : mon père, après que j’ai fait tomber une pomme de terre, pendant le déjeuner, m’a dit : « C’est trop classe… qu’est-ce que j’aurais aimé être toi… j’aurais gagné ma vie… tu es mon espérance… tu es moi en mieux… » HELP ME !!!!

Je ne sais pas quoi dire d’autre mais continuez à m’envoyer des questions : ça m’occupe !

Nathan (au quotidien. Et je nomme ce commentateur : @D S)