nouvelles mobilités

Ça reste difficile, même si des aménagements ont déjà été réalisés, de venir à Paris depuis la banlieue et inversement.

Par exemple, moi qui viens de Vitry, je dois tous les jours me lever tôt pour ne pas être en retard à l’école, pour après revenir chez moi très tardivement, je prends deux métros et un bus.

Le « Grand-Paris Express » est une entreprise publique qui va  nous construire, à nous les Vitryottes un tram et une nouvelle ligne de métro, la 15, qui vont passer par Paris, Ivry, Vitry… Tout est fait pour avoir un bon résultat mais en attendant, depuis 2 ans il y a ces travaux qui font que j’ai des problèmes de transport. Ce qui m’embête, c’est que même quand on prend de l’avance, on peut quand même finir par être en retard. Je peux mettre 20 minutes de plus ou de moins, ça va dépendre si ça roule ou pas.

Les travaux se termineront en fin 2020 pour le tram et pour le métro ce sera en 2024. Les employés travaillent tous les jours 24h sur 24. Evidemment, nous espérons tous que les travaux vont bien se terminer à la date précise.

Dans le cadre de l’amélioration des transports, il y aura encore la création des lignes 16,17 et 18 et le prolongement de la 14. Vivement le « Grand Paris » !

Léa

tempête dans une tasse de thé

« Est-ce qu’il est parti ? ». Depuis la visite de Trump en Angleterre, l’image fait le buzz sur les réseaux sociaux.

Pour la commémoration du 75è anniversaire du D-Day, Donald Trump a rendu visite à ses altesses britanniques. Mais avant de partir pour l’Angleterre, le président des Etats-Unis, via Twitter, a injurié le maire de Londres et a apporté son soutien aux brexiteurs les plus virulents.

Je me demande si la reine Élisabeth II et son fils ont été ravis de l’accueillir. Mais j’imagine qu’ils n’avaient pas trop le choix…

Trump et l’héritier du trône ont donc pris le thé ensemble et le Prince Charles a entamé une discussion sur le réchauffement climatique. Celle-ci, qui devait durer 15 minutes, a duré plus d’une heure et demie. En sortant, Donald Trump dit avoir pris ce sujet au sérieux. Est-ce vrai ? Le Prince Charles, qui n’a de toute manière pas vraiment de pouvoirs (ou quiconque) peut-il vraiment influencer la politique des Etats-Unis ?

Fizz

avortement : bientôt la peine de mort aux États Unis ?

Une manifestation pour le droit à l’avortement à Birmingham en Alabama le 20 mai. Photo Seth Herald / AFP

Aux États Unis, les droits des femmes sont gravement menacés !

Le 7 mai dernier, La Géorgie a décidé d’interdire d’avorter après que le cœur d’un fœtus ait déjà battu, soit à environ 6 semaines de grossesse. Mais beaucoup de femmes ne peuvent pas s’apercevoir qu’elles sont enceintes avant ce moment !

Le 14 mai, en Alabama, une loi interdissait l’avortement quelle que soit la cause de la grossesse ! Viol et inceste compris !

Le Texas s’apprête à faire de même, réfléchissant même à condamner, et pourquoi pas à mort, les femmes qui y recouraient puisque l’avortement y sera considéré comme un meurtre !

C’est révoltant ! Les femmes n’ont donc plus le droit de faire leur choix, celui-ci concernant leur propre corps ! Soyons vigilants.es, et parce que rien n’est jamais gagné, battons-nous pour les droits des femmes !

Plume

trans ? genre…

Jeudi dernier, on apprenait que l’agresseur de Julia Boyer, Seddik A., avait été condamné 22 mai à 10 mois de prison dont 4 avec sursis.

Julia Boyer est cette jeune femme transgenre s’était fait agresser le 31 mars dernier sur la place de la République, à Paris, en marge d’un rassemblement contre le président algérien Abdelaziz Bouteflika. L’événement avait été très médiatisé à l’époque déjà parce qu’il avait été filmé et diffusé largement par les réseaux sociaux et, 2è raison, parce que Julia Boyer avait décidé de porter plainte et de témoigner courageusement, publiquement dans Libé.

Elle l’a fait en son nom, mais on peut dire aussi que cette jeune femme a témoigné pour toutes les personnes transgenres qui se font quotidiennement harceler et maltraiter avec parfois une grande violence. Grâce à ce procès, on espère que les gens vont se rendre compte du mal que l’on fait au gens transgenres et qu’à la transphobie comme à l’homophobie on dit STOP !

Lélé

enregistrement de radio Battle

Ce mercredi 22 mai, nous avons enregistré le finale de la Battle : Radio Battle. Nous sommes allés au studio d’enregistrement de Radio Clype qui est installé dans le lycée professionnel Galilée dans le 13è.

Quand nous sommes arrivés, Gwenaële de Radio Clype nous a accueillis et nous a expliqué les règles :

  • Il ne faut pas faire de bruits avec nos feuilles
  • Il ne faut pas parler
  • Il ne faut applaudir qu’en langage des sourds (sans frapper des mains)
  • Et  pour finir, il faut avoir une distance entre le micro et sa bouche de 4 doigts

Tous les jeunes journalistes sont passés autour de la table pour lire leurs articles devant le micro. C’est une étudiante en journalisme qui a animé l’émission, Laura Fortes.

En cabine son, oeuvrait Margot à la console. Dans cette pièce et pendant que les autres parlaient au micro, des groupes de 4 enfants observaient son travail.

Mettre un casque produit une sensation un peu bizarre. On s’entend parler, on entend parler les autres autour de la table et on entend Margot, qui est toujours dans sa cabine son.

Nous avons tout terminé vers 16 heures, et vers 16 h 20 nous avons déserté le lycée pour renter chez nous. Bientôt l’enregistrement sera mis en ligne sur Au menu Du Canard, et vous pourrez écouter notre chef-d’oeuvre !

Axelle


Retour en images

Ce diaporama nécessite JavaScript.

canard gagnant !

Photos Sylvain Lhermie / Académie de Paris

Ce mardi, l’équipe du Canard est allée à l’Hôtel de Ville pour se faire remettre le prix « Génération 2019 » du concours MEDIATIKS.

Nous avons été accueillis dans l’auditorium et évidement nous n’étions pas tout seuls : il y avait environ une douzaine de classes lauréates, de la maternelle jusqu’au lycée.

Nous avons gagné avec le diplôme, beaucoup de livres et quelques DVD que nous remettrons au CDI, des cartes de presse jeune et… des places pour le musée du chocolat !
Sakado

Petit retour en images…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Photos Sylvain Lhermie / Académie de Paris