notre soirée à la régie de quartier

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mardi 9 janvier, la rédac’ du Canard a été invitée à la Régie de quartier pour la présentation de ses voeux qui, cette fois-ci, s’est passée dans le 2ème arrondissement. Nouveaux locaux rue  Beauregard pour la Régie, construits avec des normes écologiques, et consacrés à des ateliers en particulier à un atelier couture animé par Mamadou.  On a pu vendre notre numéro papier annuel et exceptionnel  « C’était 2017 », et faire la rencontre de plusieurs personnalités [le maire du 2è, l’adjoint au maire du 3ème, la directrice de la Régie et ceux qui y travaillent].

Cinq d’entre nous ont parlé de la vie au journal et de ce qui s’est passé pour nous dans l’année 2017 : 211 articles publiés, le prix du meilleur journal en ligne catégorie collège, une battle d’écriture…

Merci la Régie !

OLivier

France Gall, idole de l’ancienne génération

France Gall, une très célèbre chanteuse française, est décédée le 7 janvier 2018 à Neuilly-sur-Seine. Nos parents, surtout, la connaissaient et pour la plupart l’appréciaient. Elle faisait partie du patrimoine français. Dans cet article, nous allons vous retracer sa vie dans les grandes lignes.

Isabelle Gall est née le 9 octobre 1947 à Paris. Elle s’intéresse à la musique et sait bien chanter. Isabelle est mineure quand elle enregistre ses premières chansons. C’est pendant les vacances de Pâques 1963 que son père l’incite à en enregistrer quelques unes, et il donne les bandes à Denis Bourgeois, directeur artistique chez Phillips. Un contrat est ensuite signé entre M.Bourgeois et le père d’Isabelle. La jeune fille enregistre quelques chansons et débute ainsi dans la musique. On lui demande de prendre un nom de scène, pour ne pas que le public la confonde avec Isabelle Aubret, alors vedette de la chanson en France. Denis Bourgeois et le père ont une idée assez drôle pour son pseudonyme. Ils aiment tous deux le rugby et décident de donner à Isabelle le nom de France Gall, en référence au match de rugby France-Galles, très médiatisé à ce moment là. Voici ce que déclare France Gall plus tard: « J’ai toujours été contre “France”, je trouvais que c’était trop dur. “Isabelle”, ça me correspondait, ça me plaisait. Je ne sais pas ce qui s’est passé pour que je me mette à aimer mon nom. Et maintenant c’est “France Gall”. C’est exactement moi. ».

Voici un résumé de ses 50 ans de carrière, trop longue à raconter dans les détails :

Un des premiers grands succès de France Gall a été le titre « Sacré Charlemagne », vendu à 2 millions d’exemplaires en 1963.

En 1965, elle remporte pour le Luxembourg l’Eurovision de la chanson avec un titre de Serge Gainsbourg.

En 1966, elle suscite un scandale, à cause de son interprétation de la chanson « Les Sucettes » de Serge Gainsbourg.

France enchaîne les succès entre 1980 et 1985 avec ses albums « Paris », « France », et « Débranche ».

En 1987, sa tournée Tour de France 88 est très appréciée.

Son mari Michel Berger, avec qui elle a connu un grand succès, décède, mais malgré tout France Gall continue les concerts. La chanteuse est touchée par un cancer du sein. C’est au tour de sa fille Pauline de mourir en 1997, ce qui la pousse à se retirer dans l’ombre.

France fait une apparition sur Canal+ en 2012, pour parler de sa comédie musicale « Résiste » en hommage à Michel Berger.

Le 7 janvier 2018, elle succombe à son cancer et restera à jamais dans la mémoire des français.

En tout cas, nous n’avons qu’un message à vous faire passer : Résistez !

Madeleine et Anna

chhhhhut !

Bilan 2017 de Reporters sans frontières sur les exactions commises contre les journalistes dans le monde

Non. Pas chhhut justement ! Nous, nous avons le droit de parler et de toute façon, le droit d’écrire !!!
Pourtant, dans beaucoup de pays, les journalistes sont censurés, emprisonnés sous des prétextes mensongers. C’est injuste et ça arrive souvent. Cliquez ici pour vous ramener dans le passé. Dans certains pays, personne n’a le droit de donner son avis, on ne peut parler globalement que de la pluie et du beau temps, pourtant quelques journalistes courageux nomment les faits… et prennent des risques.

La Turquie avec la Chine, le Vietnam, la Syrie et l’Iran, sont les 5 plus grandes prisons de journalistes du monde. En Chine on peut quasi mourir en prison au bout de longues années de détention comme ça a été le cas cette année du prix Nobel de la Paix Liu Xiaobo. En Turquie, on peut attendre plus d’un an et demi en détention provisoire, c’est à dire, sans avoir été jugé (et donc défendu) ! Selon le rapport annuel de Reporters sans frontières, 326 journalistes sont détenus dans le monde pour ce qu’ils ont écrit et publié.

Sur les 65 journalistes tués cette année, 39 ont été assassinés pour les faire taire. Le Mexique est ainsi particulièrement dangereux pour ceux qui enquêtent sur les cartels de la drogue et leurs relations avec le pouvoir. Quant aux Philippines, que ceux qui veulent faire vivre l’information ne se fassent aucune illusion sur la protection dont ils pourraient bénéficier : “Ce n’est pas parce que vous êtes journalistes que vous serez préservés des assassinats si vous êtes un fils de pute. La liberté d’expression ne pourra rien pour vous, mes chers” a annoncé le président Duterte s’adressant à la presse.

Nous vous laissons méditer ces chiffres qui sont, paraît-il, meilleurs que ceux de l’année dernière ! Vous pouvez aller pleurer sous votre lit à cause de ces faits tragiques, vous pouvez aussi soutenir Reporters sans frontières et vous mobiliser chaque fois que la liberté de la presse est menacée.

A l’année prochaine les gens. remettez vous bien…

ROROLACOLOK, LOULOU et KELKUN  😥

 

 

Autriche, un parti d’extrême droite au gouvernement

En Autriche, le nouveau chancelier Sebastian Kurz a choisi de gouverner avec l’extrême droite. 6 de ses 13 ministres appartiennent au FPÖ (Parti autrichien de la Liberté), parti fondé par un ancien nazi et dont le leader actuel, nommé vice-chancelier, Heinz-Christian Strache, a appartenu dans sa jeunesse à un groupe paramilitaire néo-nazi.

handball : championnes du monde !

Photo Patrick Stollarz/AFP

Les handballeuses françaises victorieuses au championnats du monde !

Dimanche, en battant la Norvège, la France est devenue le deuxième pays à avoir remporté la Coupe du monde hommes et femmes la même année. C’était un match très serré ( 21-23 ) et la Norvège était réputée imbattable ! On peut dire que les françaises, durant toute la compétition, n’ont jamais baissé les bras, bien que n’étant pas favorites à cause de leur match nul face à l’Espagne et leur défaite contre les slovènes. D’ailleurs, elles avaient déjà obtenu l’argent au Jeux Olympiques de Rio en 2016 et le bronze à l’Euro de cette même année. Grâce à leur victoire, elles sont qualifiées pour la Coupe du monde 2019 qui se déroulera au Japon.

Allez la France !

Jeanne et Ronan

 

encore des histoires de centrales nucléaires

Les centrales nucléaires sont une source d’énergie mais aussi une source de dangers éventuels. Les voici en 5 points car, je le rappelle et les actions récentes de Greenpeace nous l’ont démontré, on peut s’introduire dans les centrales très facilement. Je précise que dans chacun des cas suivants, il faudrait évacuer la France.

1. Un avion pourrait être détourné, comme lors du 11 septembre, mais cette fois-ci sur une des 58 centrales nucléaires de France.

2. Un groupe d’hommes, armés jusqu’à la moelle épinière, pourrait s’attaquer à une centrale nucléaire et, résultat : sûrement quelques dizaines de morts dans la centrale, et un trou dans la paroi du bassin de refroidissement qui n’a que 30 cm d’épaisseur.

3. Peut-être savez-vous que les déchets nucléaires doivent être transportés jusqu’à des lieux de stockage. Le convoi peut être attaqué et les déchets pourraient être récupérés pour fabriquer un bombe nucléaire artisanale.

4. AAAAHHH… Les drones sont réputés pour prendre des photos extraordinaires mais leur usage peut aussi être détourné : ils lâcheraient des bombes aux dessus des centrales.

5. Le cyber-terrorisme peut désactiver les centrales et faire d’horribles choses, comme copier les plans et manuels de centrales nucléaires (ce qui est arrivé à la Corée du Sud).

OLivier

Source : Libération, mardi 5 décembre
Vous pouvez revoir toute la semaine sur ARTE Sécurité nucléaire : le grand mensonge, une enquête d’Eric Gueret et Laure Noualhat

se ressaisir pour gagner

Photo Figaro.fr

C’est la première défaite cette saison pour le PSG, qui s’est fait battre par Strasbourg 2-1. Cette nouvelle a bien entendu dépassé la frontière, que se soit en Angleterre, en Italie, en Espagne. Et bien sur en Allemagne, ou le club de la capitale affrontera ce soir le Bayern Munich à l’issue de la dernière journée de la phase de groupe de la Ligue des Champions.

« Cette défaite va nous servir pour la suite, c’est une bonne leçon », a assuré Marquinhos avant de quitter le stade. Et les parisiens ont tout intérêt à bien la retenir, car si la formation d’Unai Emery perd lors du prochain match, certaines personnes pourraient commencer à se poser quelques questions sur ce Paris Saint-Germain.

Marius