une sortie pour les vacances : la gaité lyrique

L’espace jeux video

Ancienne vue de l’extérieur mais moderne à l’intérieur, saviez-vous qu’à la Gaité Lyrique, il y avait un choix de nombreux jeux sur écran et tablette, de nombreux livres et ordinateurs à disposition du public (petits et grands) en accès libre ?

Au premier étage, après avoir déposé votre trottinette (si vous en avez une), vous pouvez aller vous amuser, faire des recherches, travailler, dessiner, vous reposer. L’endroit est confortable, bien éclairé, des prises sont à disposition sur le sol et les murs, des coussins sont utilisables pour s’installer parterre.

Le bar

Si vous voulez prendre un petit goûter, il y a un bar qui donne sur le square Papin. C’est la seule salle de la Gaité qui a conservé son aspect d’origine.

Pour les petits frères et les petites sœurs, il y a toute une programmation appelée Capitaine Futur, mais pour nous collégiens, lycéens et même adultes, il y a aussi des expositions, des concerts, des ateliers. On vous conseille de consulter le site de la Gaité, en cliquant ICI.

Amine

 

LALALAND comme l’indique son nom, plus de blabla, que des chansons !

Ce film est sorti il y a déjà un petit moment mais bon, je voulais quand même vous en parler :

LALALAND un film où l’on chante et respire le bonheur. Ce film est selon moi très bon, absolument pas ennuyeux comme certaines comédies musicales romantiques et même, au contraire, très intéressant. Les morceaux de jazz sont bien chantés, mais je trouve qu’il n’y en a pas assez et que les airs des chansons, pour certains, se ressemblent. C’est dommage car le film est vraiment bien. Justement, si vous ne le connaissez pas, cela raconte l’histoire d’une jeune femme nommée Mia qui souhaite devenir un jour une grande actrice, et qui rencontre un (autre) jeune homme passionné de jazz, qui rêve d’ouvrir un club où il jouera du jazz (bah oui pas du rock’n’roll). Enfin bref, je vous laisse deviner la suite. Au début, ça peut paraître un peu bateau mais (je ne vais pas vous le répéter 100 fois non plus) plutôt pas mal. Une fin qui peut être heureuse ou non selon les points de vue.

Thaïs

messmer l’hypnotiseur

L’affiche de Messmer Intemporel, le spectacle qui passe au Grand Rex

Vous avez sans doute entendu parler (ou vu des affiches) de Messmer. C’est quelqu’un qui hypnotise les gens. Au départ, on dirait qu’il a des pouvoirs, mais il le dit, ce qu’il fait est à la portée de tout le monde et il n’utilise que la science.
C’est très impressionnant ! Pendant le 1ère partie du spectacle, il demande aux gens de plus de 16 ans qui sont au rez-de-chaussée de la salle de venir sur scène. Il choisit ceux qui sont les plus faciles à hypnotiser et il  propose aux autres de retourner à leur place, de s’asseoir et de se détendre, puis de se lever un à un. Certains s’endorment avant même d’arriver à lui ; sinon il fait quelques gestes et ils s’endorment ! Ensuite, il leur demande de danser et ils le font !! Pendant le spectacle il a même fait croire à quelqu’un qu’il était : un kangourou, un homme préhistorique, un bébé, Beyoncé, la reine d’Angleterre, un garde de la reine d’Angleterre… Un homme a même cru qu’il avait gagné 100 millions !!!  
Mais le plus impressionnant, c’est qu’avant l’entracte, Messmer a dit aux gens qui étaient sur scène de danser le French Cancan avec la musique, et, après l’entracte, il a remis la musique et ils se sont tous à nouveau levés sur leur sièges pour danser !
Il a aussi fait une émission de télé réalité « les stars sous hypnose ».

C’était bien mais ça fait un peu peur car on imagine qu’il pourrait faire ce qu’il veut avec les gens s’il le voulait.
Les représentations sont terminées pour l’instant mais Messmer revient au grand Rex  du 18 au 22 mai.

Kelkun (sans Loulou) 🙂

femmes présumées coupables

Ce week-end je suis allée aux Archives Nationales voir une exposition qui se nomme « Femmes présumées coupable » et qui explique et démonte le jugement porté sur les femmes du XIVè siècle au XXè siècle. On a d’abord eu des générations de sorcières, puis ça a été la mode des empoisonneuses, la flambée des pétroleuses*, la litanie des infanticides et pour finir les traîtresses à la patrie qui ont pactisé avec l’ennemi.

Qu’il s’agisse de vrais crimes ou de crimes qu’on leur prête, l’idée qui se dégage de l’expo, c’est que pour les hommes – et donc les juges, les femmes sont des êtres dangereux et dont il faut se méfier. Elles peuvent être punies de différentes manières (on brûle les sorcières après les avoir bien torturées, on exécute les empoisonneuses), mais ce qu’on remarque aussi, c’est qu’en plus on aime bien les humilier en les montrant en spectacle, comme les femmes qu’on a rasées en 1944 parce qu’on disait qu’elles avaient couché avec des soldats allemands ou même qu’elles les avaient simplement fréquentés.

Il y a quelque chose de très ambivalent dans cette représentation du crime de la femme : en même temps c’est « normal » parce qu’elle est par nature un être suspect (c’est quand même Eve qui a donné la pomme à Adam !), et en même temps, le crime est encore plus monstrueux parce que c’est justement une femme qui l’a commis.

Thaïs

*femmes ayant été accusées d’avoir mis le feu à l’Hôtel de Ville de Paris en 1871, aucune d’elle n’a été condamnée car, au final, elles étaient innocentes.

INFORMATIONS PRATIQUES : jusqu’au 27 mars
Horaires : Du lundi au vendredi de 10h00 à 17h30, samedi et dimanche de 14h00 à 18h30
Tarifs : Plein tarif : 6 euros et tarif réduit : 4 euros
Adresse : Archives nationales – Hôtel de Soubise, 60 rue des Francs-Bourgeois 75003 Paris
Métro : Hôtel de Ville, Saint-Paul et Rambuteau

la règle du jeu, un film, un spectacle

img_3502

La règle du jeu est un spectacle qui se joue en ce moment à la Comédie Française, adapté du film du même nom de Jean Renoir.

Ça se passe dans une demeure bourgeoise avec les propriétaires, leurs invités et leurs domestiques. Ils ont organisé une fête en l’honneur d’un de leurs amis qui a fait un exploit en traversant les mers pour aider des réfugiés. Dans cette fête, on voit que tout le monde est amoureux d’une certaine comédienne et tout le monde se bat pour elle.

Ce que j’ai aimé dans ce spectacle, c’est que c’était drôle comme, par exemple, au moment où un invité (homme) se travestit en femme avec une robe hyper-moulante et hyper-ridicule. Il y a beaucoup de choses sur le travestissement dans cette pièce. Un invité de la fête, amoureux de la comédienne, se travestit même en ours car il ne trouve pas d’autre déguisement ! Mais ce n’est pas que drôle. Tout le monde souffre aussi par amour, et je ne vous raconte pas la fin, mais ça se termine assez tragiquement.

Mais ce qui est particulièrement original dans ce spectacle, c’est que la moitié est vraiment du théâtre (qui se joue « en direct » devant nous sur la scène), l’autre moitié est filmée (en direct aussi) dans toute la Comédie française (les couloirs, les coulisses, l’entrée, les loges, les balcons…).

Arthur

La Règle du jeu, de Jean Renoir, mise en scène Christiane Jatahy
jusqu’au 15 juin à la Comédie française – Location 01 44 58 15 15

l’ascension

lascension« L’ascension » est un film qui parle d’un jeune homme se nommant Samy interprété par le comédien, Ahmed Sylla qui va gravir la montagne la plus haute du monde, l’Everest. Il va faire cet exploit par amour pour sa dulcinée, Nadia (Alice Belaïdi). Il faut savoir que Samy n’a aucune expérience en alpinisme.

Je vais donc critiquer en quelque sorte ce film. C’est un film pour tout âge, toute personne, il y a des hauts et des bas, cette histoire est très émouvante car Samy fait cet exploit par amour (je n’en serais jamais capable). En plus, il est découragé par toutes les personnes qui redescendent, soit avec du sang partout sur le visage, ou parce qu’elles n’ont pas réussi. Son moniteur lui rappelle quand même qu’on ne peut pas réussir à gravir l’Everest dès la première fois.

L’ascension se fait en plusieurs parties, il y a en tout 4 camps avant d’arriver au sommet. Samy est accompagné par des Allemands, des Chinois et des Anglais qui s’arrêtent les uns après les autres de camp en camp, avant la fin. Selon moi, il serait plus judicieux que tout le monde aille jusqu’au bout, mais bon… je ne dirai pas la fin du film, car pour toute personne voulant le voir je ne voudrais en aucun cas que vous soyez déçu.

J’ai adoré ce film, je vous le recommande fortement à part pour les personnes qui ne sont pas fans de films émouvants et un peu tristes. Il y a beaucoup de commentaires positifs comme sur le site AlloCiné qui l’a noté 4,3 étoiles sur 5, la preuve que j’ai raison de vous le conseiller.

Mathilde R.

on y court !

lego

Dépêchez-vous, il ne reste plus que quelques jours pour aller à l’exposition LEGO® de l’Hôtel de Ville, qui se termine le 14 janvier !

Vous y verrez des monuments de Paris construits avec ces petites briques qui vous passionnent tant, amateurs de cette marque, comme Notre Dame et l’Hôtel de Ville et une galerie dans laquelle est retracée l’histoire de l’entreprise danoise. Savez-vous par exemple que LEGO®  a commencé par fabriquer des jouets en bois ?  Que les premières briques n’avaient pas le même système d’emboîtage que maintenant et que les constructions étaient, de ce fait, beaucoup plus fragiles ?

Vous avez aussi la possibilité de vous inscrire à l’avance à des ateliers de construction pour imaginer le Paris de demain.

Allez, qu’est-ce que vous faites encore devant votre écran ? Bougez-vous, courrez-y, en plus c’est gratuit !

Amine

Infos pratiques :
Les LEGO® à L’Hôtel de Ville pour Noël
jusqu’au  14 janvier 2017
Lieu : Paris Rendez-Vous, Hôtel de Ville, entrée rue de Rivoli
Horaires : 10h-19h du lundi au samedi
En savoir plus