un peu de vert dans la pollution

Depuis 2016, la mairie de Paris propose des permis de végétaliser pour permettre aux habitants de mettre un peu de vert dans leurs quartiers. Cette autorisation permet de faire des plantations aux pieds d’arbres, sur les potelets, ou d’installer des jardinières sur les trottoirs.

La jardinière d’Aïcha

Une habitante du 2é arrondissement, Aïcha C. a tenté l’expérience. Nous avons pu avoir une interview exclusive avec cette dame, et nous lui avons posé quelques questions.

1. Quand avez-vous déposé la demande pour avoir ce permis, et quand l’avez-vous reçu ?
Le dépôt de demande a été fait en février 2016 et l’obtention… en juin 2016 !

2. Qu’avez-vous choisi comme concept de végétalisation ?
J’ai choisi de faire 3 jardinières, en utilisant du bois de palette comme matière première.

3. Quand a eu lieu l’inauguration de la 1ére jardinière ?
Elle a été inaugurée en mai 2017, lors de la fête des voisins.

4. Pourquoi construire une jardinière prend-il autant de temps ?
Car il y a eu des travaux dans la rue à l’emplacement de la jardinière et il y a eu des difficultés pour récupérer la matière première et la stocker.

5. Avez-vous connu d’autres difficultés ?
Oui, il y a eu des dégradations et des vols de plantes.

6. Qu’est ce qui vous a fait tenir ?
Les encouragements des riverains, ainsi que ceux des enfants de l’immeuble, contents de faire du jardinage. Et l’idée que la végétalisation peut offrir un meilleur cadre de vie dans Paris.

7. Quelles plantes faut-il choisir ?
Pour le projet, j’ai choisi des plantes comestibles, d’ornements et peu gourmandes en eau. Comme les plantes aromatiques.

Même si tout cela ne semble pas des plus faciles, il faut persévérer dans le mouvement pour avoir un Paris vert et agréable à vivre. Merci Aïcha !

Amine

Boulevard Beaumarchais dans le 3è et rue Beauregard dans le 2è

 

les bars à jeux

C’est un dimanche pluvieux ? Vous vous ennuyez ? Vous êtes resté(e) enfermé(e) toute la journée ? Alors les bars à jeux sont faits pour vous ! Ce sont des bars dans lesquels on peut jouer à autant de jeux que l’on veut (pendant 1 heure ou plus) en prenant une consommation (ou en payant environ 4 euros l’heure). C’est très amusant entre amis ou en famille !!!

Voici quelques questions que j’ai posées à Milina, patronne du bar à jeux Meisia :

Combien avez-vous de jeux environ ?
Entre 1000 et 1200 !

Quels jeux sont les plus populaires ?
Ici on a plus d’adultes que d’enfants. Après, il y a Blanc-Manger Coco (jeux d’ambiance pour les adultes), Code Names (pour les ados) et King of Tokyo (plus tendance pour les garçons). Les filles préfèrent les jeux de gestion comme Tokaïdo (jeu de plateau) ou Takenoko. Ce sont des jeux modernes (le Monopoly sort moins). Plus d’une centaine de jeux est utilisée chaque année !

Quels jeux conseillez-vous pour les 8 – 14 ans ?
Pour les filles je conseillerais Takenoko. Pour garçons et filles, Les Aventuriers du Rail. Et pour les garçons Smash Up ou King of Tokyo.

Comment avez-vous découvert le concept des bars à jeux ?
Il n’y avait pas vraiment de bars à jeux avant, à part l’Oya Café qui était plus éditeur que bar. On n’a pas vraiment découvert le concept, on s’est lancés et comme on aimait bien les jeux on s’est dit autant les faire découvrir. On a trouvé chouette de passer un moment entre copains à faire des jeux.

Depuis quand êtes-vous installés ?
Sur ce site-là (rue René Boulanger), cela fait un an et demi et sept ans sur Belleville.

Comment avez-vous créé vos recettes de desserts (qui sont délicieux) ?
On y pense, on est gourmands, on essaye… et c’est bon !

Quel(s) jour(s) de la semaine avez-vous le plus de monde ?
Vendredi, samedi et dimanche. D’habitude il y a moins de monde en semaine mais c’est très variable.

Quelles sont les difficultés quand on gére son propre bar ?
De ne pas avoir de temps, de ne pas avoir de vacances car il faut tout gérer.

Quels sont les bons points ?
Etre son propre patron et faire ce qu’on aime faire. Il y a plein d’inconvénients mais tu t’épanouis dans ce que tu fais !

Êtes-vous ouverts pendant toutes les vacances ?
Oui ! On est ouverts tous les jours de l’année sauf le 25 décembre !!!!!!

Y a-t-il des choses que vous voudriez changer ou développer ?
Oui, plein de choses, plein de projets mais il y a toujours un manque de temps. Sinon, j’aimerais bien avoir plus de vacances ! (rires)

Faites-vous les anniversaires ?
Oui. Il n’y a pas de formules prédéfinies on fait un peu ce que veut le client. L’anniversaire peut avoir lieu tranquillement dans un coin ou être animé par des animateurs qu’on met en place (on peut aussi faire le gâteau si besoin).

Merci !

Iris

Meisia BoardGame Café
84 Rue René Boulanger / 75010 Paris
Ouvert tous les jours
site web : www.cafemeisia.com (vous pouvez également les suivre sur Facebook, Instagram et Twitter)

Voici une autre adresse dans le quartier :
Le Nid – Cocon Ludique – 227 rue Saint Martin, 75003 (également ouvert tous les jours)

tout savoir sur le budget participatif

budjet participatifL’interview s’est passée au collège. Mme Bismuth – Le Corre, adjointe au maire et « ambassadrice » du budget participatif, nous a laissé poser nos questions et nous a donné des affiches et des flyers à distribuer devant ou dans le collège.

Juste avant l’interview, Mme Pirez, notre principale, est passée car elle voulait nous préciser qu’elle avait déjà parlé des projets de budget participatif avec les élèves de 4e et 3e. Elle aimerait mettre un mur de verdure à l’entrée du collège !

Encore des hésitations ? Nous vous proposons de jeter un petit coup d’œil au site internet de la mairie de Paris. Ça vous donnera peut-être des envies pour votre ville, vous avez jusqu’au 19 février. Nous vous rappelons que tout le monde peut proposer des projets, ensuite la mairie sélectionnera en fonction de leur utilité. Les votes se dérouleront en septembre 2016.

La mairie compte sur vous !!!

VIPARISIAN

100% bio

La soirée des voeux à la Régie de quartier la semaine dernière, a été l’occasion pour les rédacteurs du Canard de vendre leur journal, mais aussi de rencontrer plein de gens. Saviez-vous, par exemple, que vous pouviez commander vos paniers de fruits et légumes 100% bio et venir les récupérer à la Régie ?

M. Julien Picq, (très) commercial, a tenu à être interviewé par nos journalistes et à vous présenter ses Paniers du Val de Loire.

Nono

musicalement votre

montgolfierMonsieur Friha, notre prof de musique au collège, nous fait tout le temps rire. A la fin de ses cours, on a tous pris du plaisir et on a envie, même on est impatients, de revenir la semaine d’après.

Alors, si vous voulez en savoir plus sur lui, je vous conseille d’écouter notre enregistrement pour mieux connaître son parcours. Allez jusqu’au bout, ça vaut la peine !

Nathan

direction : le théâtre

c4b5cf34-bd15-4ee5-9ed2-01daa2018c25Je vais vous parler d’une pièce de théâtre mise en scène par ma grande cousine, Tess Tracy et qui est vraiment superbe. Cette pièce est « Hedda Gabler ». Elle dure 1h et demie et a été écrite par Henrik Ibsen, elle est assez connue aujourd’hui, l’auteur en tout cas est célèbre. Le décor est simple et il n’y a que 5 acteurs. Les comédiens étaient formidables et la mise en scène tout aussi parfaite. J’ai demandé aux acteurs et à Tess de prendre une photo que j’ai mise en bas de l’article.
Pour en revenir au décor, c’est très étonnant car certains éléments, comme le canapé, viennent de magasins comme Le bon coin ! Bizarre, pour une pièce de théâtre, mais original et ça ne gâche rien à la beauté de la mise en scène et du jeu des acteurs.
Malheureusement, le spectacle est fini au théâtre où était ma cousine, mais vous pouvez peut-être vous renseigner pour d’autres représentations. La pièce est plutôt du genre tragédie, et elle est déconseillée aux enfants trop jeunes qui pourraient ne pas bien comprendre certaines choses. Par contre, le spectacle est largement conseillé pour les parents voulant prendre une bonne soirée de repos, et elle est conseillée pour tout le monde, d’ailleurs. Si vous y allez, bon spectacle !
J’ai réussi à interviewer la comédienne qui a le rôle principal, elle est anglaise, et elle a dû apprendre la pièce en 1 mois, sans savoir très bien parler le français.
EST CE QUE C’ÉTAIT DIFFICILE DE JOUER DANS UNE PIÈCE OÙ VOUS NE PARLIEZ PAS VOTRE LANGUE MATERNELLE ?
Oui, car l’intonation est difficile, Tess ( la metteuse en scène ) était très exigeante, et certaine phrases ont pris du temps avant d’être maîtrisées. Ça a pris deux fois plus de temps, mais mon français s’est bien amélioré.
EST CE QUE C’ÉTAIT DIFFICILE D’APPRENDRE LA PIÈCE EN 1 MOIS ? L’AVIEZ VOUS DÉJÀ FAIT ?
Au début, c’était stressant, mais j’ai été surprise quand j’ai vu à quel point j’y arrivais quand même, et j’ai pu me concentrer sur le jeu. Je n’avais jamais fait ça auparavant.
 ÊTES VOUS AMIE AVEC LES AUTRES ACTEURS ? LES CONNAISSIEZ VOUS AVANT ?
Je connais Clovis (l’acteur qui joue le juge ) que j’ai connu à l’école de théâtre Jacques Lecoq.
 COMMENT AVEZ VOUS EU LE RÔLE PRINCIPAL ?
Clovis m’a dit qu’il y avait un casting, j’ai passé le 1e tour, le 2e tour, puis j’ai eu le rôle.
DEPUIS COMBIEN D’ANNÉES FAITES VOUS DU THÉÂTRE ?
Avant, je travaillais dans des bureaux, puis je suis venue en France car je voulais faire du théâtre.
Pendant deux ans, j’ai étudié à l’école de théâtre Jacques Lecoq, puis je suis devenue comédienne à 28 ans.
AVEZ VOUS EU DU PLAISIR À JOUER DANS CETTE PIÈCE ? POURQUOI ?
Oui, j’ai eu du plaisir, car c’est différent chaque soir. Quelques fois on est bien dans la peau de notre personnage, et d’autres fois moins. Le rôle de Hedda Gabler est magnifique, parce que c’est une femme forte et nuancée, pleine de passion, de frustration, c’est jouissif. Hedda Gabler est une vraie femme, multidimensionnelle.
                                                                                                                                                   Madeleine
madeleine

interview de mme guiose

montgolfierJe vais au CDI parce que j’aime bien cet endroit, il est tranquille, paisible et silencieux, et s’il il y a trop de bruit, madame Guiose rétablit le silence ! Elle te donne aussi beaucoup d’informations sur les livres, les auteurs, les éditeurs… Par exemple, si tu cherches un livre, elle te dit tout de suite où il est sans hésiter, à chaque emplacement, et elle te conseille de bons livres fabuleux. C’est pour ça que je lui ai demandé une interview.

DpKwHW

Mme Guiose en 2013, au départ de la « Course des héros » pour l’association Sol en Si qui agit pour soutenir et accompagner des familles concernées par le VIH/SIDA.

Pouvez vous me dire votre âge ?

Je suis flattée que tu veuilles m’interviewer 🙂

Puisqu’il n’est pas élégant pour une dame de dire son âge, je te répondrai que dans deux ans j’aurai un demi siècle (dit comme ça j’avoue que ça m’impressionne ; on dirait que je vais rentrer dans l’Histoire !). J’ai d’abord travaillé comme professeur des écoles en maternelle mais j’ai arrêté quand j’ai trouvé que les effectifs ne me permettaient pas vraiment de consacrer l’attention souhaitable à chaque enfant . Je suis alors devenue documentaliste en collège, avant tout par amour des livres, de l’écriture, des découvertes culturelles. J’apprécie de pouvoir recevoir au CDI les jeunes qui en ont envie, qui choisissent ce qu’ils viennent y faire. Ils n’ont pas à être dans leur posture habituelle d’élève. Ils peuvent se retrouver autour d’une BD ou d’un magazine entre jeunes de différentes classes. Ils peuvent me solliciter… ou pas, c’est selon. Ils n’ont pas de compte à me rendre et c’est précieux.

Quelles sont les 3 choses que vous préférez, celles que vous détestez ?

Parmi les choses que j’aime beaucoup : la lecture et l’écriture (j’écris des nouvelles), la danse rock n’roll (heureusement à Paris il y a plein de lieux pour ça), la randonnée, écouter de la musique, passer du temps avec mes amis.

Parmi celles que je déteste : le salpêtre qui fleurit comme des choux fleurs sur les murs (j’en ai des frissons rien qu’en y pensant !), l’envahissement croissant de la vie par toute sorte d’écran, la misère humaine qui côtoie la richesse et la malhonnêteté.

Votre pire moment, votre meilleur moment ?

Un des pires moments que j’ai vécu : en montagne, une de mes chaussures a glissé sur une pierre, je suis partie en avant et j’ai eu le temps de penser que j’allais mourir instantanément en m’écrasant contre un amas pierreux. Finalement, rien de spectaculaire : je ne me suis fait qu’un petit trou dans le front !

Un des plus beaux souvenirs qui me vient : lors d’une nuit de bivouac au bord d’un petit lac de montagne, les étoiles étaient si nombreuses et brillantes, elles semblaient si proches, que je me sentais la tête dans la voie lactée.

Quel est le livre que vous aimez, que vous détestez ? 

Pour les livres, je crois qu’il faudrait que je relise de temps en temps ceux qui m’enthousiasment car j’en lis tellement que je n’arrive pas à en citer juste quelques uns qui seraient particulièrement mes préférés. Je n’ai encore jamais détesté un livre car dès que je m’ennuie ou m’agace, j’arrête ma lecture ; tellement d’autres en valent le coup, pas la peine de supporter ce qui nous afflige.

Quel est le livre préféré de vos enfants ? Quel est le livre dont vous pensez que tous les collégiens doivent le lire ?

Pour les élèves, comme avec mes enfants quand ils étaient petits, je constate que je peux leur donner envie de lire, et leur faire apprécier, la plupart des livres que j’ai aimés rien qu’en parlant avec conviction du plaisir que j’ai vécu en entrant dans l’histoire. Je me dis que je devrais leur demander de me conseiller des lectures rien que pour le plaisir de les écouter raconter.
Donner la parole aux élèves, comme je le fais par exemple dans mon atelier d’écriture, me ravit souvent car cela révèle par petites notes de touchantes personnes, riches et généreuses.
Je suis persuadée que l’imaginaire, si on le décide, trouve toujours sa place dans la réalité.

Merci madame Guiose !

Abasse Minte