et si nous étions fleurivores ?

C’était la semaine de la presse et des médias dans l’école et  tout le monde Au Menu du Canard a choisi un journal parmi ceux que le CDI avait mis à notre disposition, pour vous en parler et vous faire part des réflexions qu’ils nous inspiraient.


Le Parisien, c’est notre seul journal « local ». Je vais faire moi, dans l’archi-local, et puisqu’aujourd’hui l’actualité nous parle de trucs très violents, très dark, très Tim Burton quoi, je vais vous parler de quelque chose de plus… coloré (même si ça n’a rien d’essentiel) : pourquoi pas bouffer des fleurs ?

Amandine et Blanche ont tout lâché pour créer Fleurivore. C’est une jeune entreprise et en plus elle est basée dans le 3ème, c’est à côté ! Bémol : le cornet de fleur de 35 à 75 euros, c’est supra cher !

Allez, l’article du Parisien on vous l’offre, c’est gratuit !

Fox


Cliquez sur l’image pour lire l’article.

on aime bien les animaux, mais là n’est pas la question

C’était la semaine de la presse et des médias dans l’école et  tout le monde Au Menu du Canard a choisi un journal parmi ceux que le CDI avait mis à notre disposition, pour vous en parler et vous faire part des réflexions qu’ils nous inspiraient.


A la une du Journal Des Enfants (JDE) qui s’adresse aux 8/12 ans et dans la rubrique « Monde », une photo d’un bébé léopard victime de trafic.

Interrogation : est-ce vraiment si important par rapport à l’actualité du moment ? Et effectivement, ce n’est qu’en page 6, qu’on nous parle des manifestations pour le climat de Greta Thunberg.
Au Menu du Canard, on pense que c’est plutôt cette information que nous aurions mise en avant !

Est-ce que, pour être lus, les journaux qui s’adressent aux « enfants » doivent nécessairement les attirer avec des articles sur les animaux ?

Igor

un entrainement pour faire des articles en pleine guerre ?!

C’était la semaine de la presse et des médias dans l’école et  tout le monde Au Menu du Canard a choisi un journal parmi ceux que le CDI avait mis à notre disposition, pour vous en parler et vous faire part des réflexions qu’ils nous inspiraient.


Les journalistes qui vont sur les zones de guerre peuvent y rester ! Dans Un jour, Une actu, nous apprenons  (moi je ne le savais pas) que certains de ces journalistes vont faire des entraînements pour être en mesure de prendre le moins de risques possibles sur le terrain. Ça se passe au Sud de la France à Port-Vendres.

Un jour, Une actu c’est quoi comme journal ??  Si vous voulez savoir pourquoi je vous en parle, la réponse est toute simple. Le principe, comme son titre l’indique, c’est qu’il ne traite chaque jour que d’un seul sujet ce qui le rend facile à lire, et puis c’est un journal qui a un format particulier puisqu’il se déplie. Intéressant et original !

CJ

être à la rue !!

C’était la semaine de la presse et des médias dans l’école et  tout le monde Au Menu du Canard a choisi un journal parmi ceux que le CDI avait mis à notre disposition, pour vous en parler et vous faire part des réflexions qu’ils nous inspiraient.


Cette semaine, j’ai lu « Le Parisien ». Sur la couverture de son édition du 19 mars, en tout petit, une phrase annonçait, je cite : « 3 641 sans-abri recensés dans les rues de la capitale ». Personnellement, je trouve que c’est une information importante qui a sa place à la une et en gros plan.

Peut-être que pour vous c’est moins important que l’histoire de Macron qui s’énerve contre les gilets jaunes. Mais pour moi, la situation financière de personnes ayant du mal à vivre dans une ville aussi riche que Paris est nettement plus grave.

En étant une parisienne qui se déplace dans sa ville, j’ai eu de nombreuses occasions de voir des personnes sans-abri, et je vais vous parler de mon « expérience ». Pendant un certain temps, tous les matins, en allant au collège, je croisais une famille entière de sans-abri, assise sur le trottoir près de la place de la République, à demander de l’argent. Franchement, n’ayant pas d’argent sur moi je ne pouvais rien leur donner. Mais juste le fait de voir des enfants avec eux m’a encore plus brisé le cœur. Ces enfants n’allaient pas à l’école, ILS N’ALLAIENT PAS A L’ÉCOLE ! Maintenant je ne sais pas ce que cette famille est devenue. Bien sûr, ce n’est qu’une histoire parmi tant d’autres.

Tous ça pour dire que cette situation s’aggrave de jour en jour et ce n’est (malheureusement) pas près de changer car ça na pas l’air de faire réagir plus que ça l’Etat. Mais je suis de nature optimiste alors je me dis qu’un jour il n’y aura plus personne dehors.

Nana


 

 

Cliquez sur l’image pour lire l’article

séparées, divorcées, elles le payent

C’était la semaine de la presse et des médias dans l’école et  tout le monde Au Menu du Canard a choisi un journal parmi ceux que le CDI avait mis à notre disposition, pour vous en parler et vous faire part des réflexions qu’ils nous inspiraient.


PENSIONS IMPAYEES, L’AUTRE VIOLENCE FAITE AUX FEMMES.

Tel est le titre du journal « Libération » du mercredi 6 mars. Percutant. Cette une m’a tout de suite interpellée à cause du mot « violence », qui est, c’est le cas de le dire, un mot violent. Il faut savoir que 40% des pensions alimentaires* seraient impayées. Etant féministe, j’ai immédiatement parcouru l’article, qui comporte plusieurs témoignages.

Je trouve ça intéressant car un témoignage, c’est la parole de quelqu’un qui n’est pas un rédacteur du journal, qui relate son avis, et qui a vécu le fait dont il/elle parle. Cet article transcrit des cas réels et, de ce fait, touchants, dans le sens triste du terme. Ces phrases dites par ces femmes désemparées m’attristent et me choquent.  Je vous invite à lire ce qui suit.

Plume

* La « pension alimentaire » est ce que doit verser tous les mois le conjoint séparé ou divorcé au parent qui a la charge des enfants. Or en France, pour 85% des familles « monoparentales », ce sont des femmes seules qui élèvent leurs enfants.



 


 

 

une bonne une ?

C’était la semaine de la presse et des médias dans l’école et  tout le monde Au Menu du Canard a choisi un journal parmi ceux que le CDI avait mis à notre disposition, pour vous en parler et vous faire part des réflexions qu’ils nous inspiraient.


J’ai choisi « Le Parisien », parce qu’une image choquante sur la une m’a attiré l’œil : l’incendie du restaurant Le Fouquet’s qui est très luxueux et très connu.

Le journal est daté du lundi 18 mars 2019, deux jours après la manifestation des gilets jaunes sur les Champs Elysées mais aussi  deux jours après celle qui a eu lieu en faveur du climat, qui a rassemblé bien plus de monde et de manière pacifique. Pourquoi mettre à la une les débordements des casseurs et pas cette dernière ?
Moi je pense que cette photo d’incendie, beaucoup plus choquante (je l’ai déjà dit) est aussi beaucoup plus… vendeuse. C’est une « bonne » une, mais dans le journal aucun article sur la manifestation contre le réchauffement climatique. C’est pas un peu abusé ?

Fizz 🙂

la marche du siècle

C’était la semaine de la presse et des médias dans l’école et  tout le monde Au Menu du Canard a choisi un journal parmi ceux que le CDI avait mis à notre disposition, pour vous en parler et vous faire part des réflexions qu’ils nous inspiraient.


Samedi 16 mars, comme vous l’avez peut-être remarqué, environ 50 000 personnes ont participé à la marche pour le climat. Et on y était ! Entre les pancartes et les slogans, beaucoup de gens se soucient de l’avenir de notre planète.. qui se réchauffe à vue d’œil !

Canarduck est allée devant l’Opéra à 14 heures et Lélé à 15h30, puis on a remonté les grands boulevards. On a vu des pancartes amusantes comme « On n’est pas non plus obligés de manger que du tofu »,  » Si la mer monte, ça veut dire que les Bretons viendront habiter à Paris. Vous aimeriez que ça se passe comme ça ? « , « Ta planète tu la préfères bleue ou saignante ? », « La planète c’est comme la bière, chaude elle n’est plus bonne ! ». ou encore  » J’étais plus préoccupée par mes fins de mois que par la fin du monde ». Avec comme chanson fétiche « Et 1 et 2 et 3 degrés, c’est un crime contre l’humanité ! ».

Photo : Eric Coquelin.

On peut dire que cette manifestation était joyeuse, conviviale et sans violence. Cela nous a beaucoup touchés de voir que tant de gens se sentent concernés par cette cause qui nous est chère. Nous vous incitons vivement à venir manifester !

Témoignages :

Canarduck : Mon père est musicien et un de ses amis a proposé de créer un groupe (une mini fanfare); nous avons donc pris des percussions, une caisse claire etc…C’était vraiment sympa, les gens dansaient et chantaient. C’était super !

Lélé : J’ai proposé à ma mère d’aller à la Marche du Siècle samedi , elle était d’accord , nous y sommes allés ensemble.

Canarduck, Lélé