inquiétant : la nourriture contaminée par les emballages

foodwatchNous  découvrons dans Le Parisien du 29 novembre  qu’il y a des résidus d’ hydrocarbure comme des dérivés de pétrole brut, de charbon ou de gaz dans certains aliments comme le riz, les lentilles, le coucous ou encore les pâtes. Ils peuvent provenir des encres et de la colle des boîtes en carton recyclé.

Le système utilisé pour l’emballage des céréales nous semble bien adapté pour lutter contre ce problème : un sachet en plastique à l’intérieur des boites en carton, comme le préconise l’association Foodwatch. On pourrait aussi imaginer un système de pliage façon origami pour fabriquer les boîtes.

C’est inquiétant de savoir qu’on risque d’avaler des produits « potentiellement cancérogènes » en mangeant et ça donne envie de soutenir Foodwatch dans sa volonté de faire établir une loi contre ces emballages toxiques.

Mathieu et Amine

 

le retour de notre bien aimée cicatrice, revue de presse

14843525

Depuis le 14 octobre, Harry Potter 8, ou plutôt Harry Potter et l’Enfant maudit, est en librairie. Il ne s’agit plus ici d’un roman, mais d’une pièce de théâtre écrite par J.K Rowling, en collaboration avec Jack Thorne et John Tiffany.

Dans cette revue de presse nous avons réuni les différentes critiques de ce livre. Car en effet tout le monde ne l’a pas apprécié :

Le journal Libération en parle comme étant très décevant. Les critiques disent que la pièce n’est pas très originale.
«C’est un peu le groupe Abba se reformant pour chanter ses vieux tubes : cela flatte la nostalgie mais cela n’a aucun intérêt du point de vue créatif», selon Le Figaro.

Le critique du Monde avoue avoir apprécié la lecture qu’il qualifie d' »addictive » (« on se surprend à tourner les pages à un rythme effréné »). Néanmoins, il trouve les dialogues plats.

Mais bien sûr, s’agissant d’Harry Potter, il y a aussi de bonnes critiques :

Le magazine féminin Elle, en revanche, a affirmé avoir adoré le dernier tome de cette saga à succès. La critique parle du plaisir de retrouver le monde enchanteur de Poudlard. « Il y a un vrai plaisir régressif de mâchonner à nouveau des Chocogrenouilles, de papoter avec les personnages des tableaux ornant les murs de l’école et d’aller rendre visite aux créatures de la Forêt interdite ».

Le Figaro a également apprécié la lecture. Ce huitième livre «parvient ainsi à perpétuer la magie en tricotant une intrigue pleine de rebondissements» cite-t-il.

Nous ne l’avons pas lu mais nous avons hâte de le faire, nous sommes prêtes à affronter les queues dans les librairies !

Mathilde R, Anna et Madeleine

Harry Potter et l’Enfant maudit – Gallimard Jeunesse

au revoir, le Royaume Uni !

téléchargementAujourd’hui, le Royaume Uni fait partie de l’Union Européenne. Mais en ce moment, tout le monde se pose une question : la Grande Bretagne va-t-elle décider d’être totalement indépendante en quittant l’Union Européenne ? Un référendum, qui aura lieu le 23 juin, répondra précisément à cette question. En attendant, parlons de ce que pensent les britanniques. En parcourant le « Courrier International », je suis tombée sur le dossier : Bye bye Britain ? où les anglais donnent leurs avis. D’un côté, il y a les citoyens europhiles et de l’autre, les europhobes. Ces derniers disent que quitter l’Union, serait une bonne chose financièrement, car, soi-disant, le Royaume Uni  verserait 350 millions de livres (447 millions d’euros) à Bruxelles chaque semaine. Un faux chiffre, utilisé par Vote Leave (campagne officielle du Brexit, qui veut partir de l’Union) pour donner plus d’arguments, afin que le Royaume Uni gagne son indépendance.

Les europhiles, au contraire, affirment que le Royaume Uni verse une somme de 26 pence par jour à l’UE, soit le coût d’un paquet de chips, et le maintien dans l’UE apporterait « des avantages économiques et un poids politique et de sécurité. » (The Mirror, Londres). Selon le Figaro, 54% de la population britannique serait pour le maintien, mais l’avis est différent pour chaque journal.

Alors, au revoir, le Royaume Uni ?

                                                                                                                                                            Madeleine

les soldats français seraient-ils des violeurs ?

bangui

Libération du 7 avril 2016. PHOTO LAURENCE GEAI. NURPHOTO. ZUMA. REA

CenrafriqueEn regardent le journal Libération d’aujourd’hui, j’ai y vu un titre qui m’a choquée : en Centrafrique, il paraîtrait que des soldats français auraient violé des enfants africains. Si c’est vrai, je trouve ça révoltant car normalement ces soldats sont censés faire du bien et protéger les populations. Là, ce qui aurait été fait est très grave ! Ces soldats, envoyés par l’ONU (Organisation des Nations Unies), auraient mis la honte sur leur réputation de sauveurs, mais la justice française n’est pas vraiment pressée apparemment d’en savoir plus. Pourtant, ils (et nous) sont (sommes) français, donc ça nous concerne totalement !

Aurons-nous des preuves ? Et quand ? Est-ce vrai ? Nous avons plein de questions.

Ella

les fraudeurs

le parisien

Les fraudeurs sont, parait-il, de plus en plus nombreux et les contrôleurs de plus en plus vigilants. D’ailleurs ceux-ci ont, mercredi 16 mars, récupéré à Gare du nord, 12 000 euros d’amendes et ont verbalisé plus de 1500 fraudeurs en seulement 3 heures.

Je me demande si les contrôleurs sont plutôt atterrés par tant de resquilleurs ou si, au contraire, ils se réjouissent d’avoir récupérés 12 000 euros – comme le laisse entendre l’article du Parisien. De quoi se remplir les poches ? A quoi est utilisé cet argent ? Je me demande aussi, quand on doit infliger autant de punitions par jour, dans quel état on est quand on a fini sa journée de travail !

Thaïs

échouage de taille

Chili, sud du pays, 300 baleines échouées. Est ce normal ? La réponse est directe : non.

baleines échouée

Photo prise le 21 avril 2015 au sud du Chili lors de la découverte d’une première série de baleines Sei échouées. Vreni Haussermann / AP

Cela a été annoncé le 1er décembre 2015 par une équipe de chercheurs, non préparée à ce drame. Ça s’est passé dans un fjord, à 2000 km au sud de la capitale. Ils ont survolé la zone pour faire le compte total des animaux échoués, apparemment il y en aurait à peu près 337 sans compter les baleines dans l’endroit qu’ils ne pouvaient pas survoler. Certains spécialistes pensent qu’elles pourraient être mortes par un excès d’algues, d’autres par un virus ou une épidémie.

Une baleine, c’est énorme, 300, encore plus, imaginez-vous cette vision, l’horreur que ça représente. Cette tragédie pourrait être le plus grand échouage de cétacés jamais connu !!

Pour certaines personnes chamboulées, effrayées ou encore terrifiées (Lulu, c’est Lulu qui a écrit cette phrase!) cela pourrait être interprété comme le début d’une fin proche : la fin de notre terre. Personnellement, nous n’y croyons pas : ) )

Lulu et Gaby (d’après le journal Le Monde)

climat, enfin une solution !

bonne nouvelleComme vous le savez sans doute, le méthane issu des pets ou des bouses des vaches, aide en partie au réchauffement climatique (fragilisation de la couche d’ozone) mais… BONNE NOUVELLE !!! D’après un article du Los Angeles Times repris la semaine dernière dans Courrier International, une entreprise américaine a découvert comment recycler cette pollution. On vous explique tout :

vaches petsIl n’y a pas longtemps, dans un laboratoire de recherche à Costa Mesa en Californie, un scientifique a trouvé la solution pour transformer le méthane en plastique ! Le directeur du labo affirme même que cela coûterait moins cher à produire que du plastique traditionnel. Donc, en gros (très caricaturé), bientôt nos stylos pourraient être faits en pets de vache ! Rien que de l’écrire on est mortes de rire, mais ça se révèlerait être une solution génialissime pour le climat et aussi pour l’économie.

Après les stylos en bouteilles recyclées, les stylos en pets de vaches recyclés (imaginez l’odeur ;D ) !!!

Gaby et DJpingouin

bienvenue sur génétoc

couverture-1282Ce matin, en arrivant à l’atelier, il y avait comme d’habitude des journaux pour nous donner des idées de sujets d’article… Et là !!! Lucy a vu la couverture de l’hebdomadaire Courrier international et a poussé un cri : elle a vu un BÉBÉ GÉNÉTIQUEMENT MODIFIE !!!!!! Affolée par le cri, DJpingouin s’est approchée et … elles ont survolé l’article puis ont découvert ça :

DEMAIN, TOUS GÉNÉTIQUEMENT MODIFIES

Pourra-t-on bientôt transformer les gènes de son enfant pour le débarrasser de maladies héréditaires ? Ou même le choisir de A à Z comme sur un catalogue … Beurk !!!!

Enlever des maladies graves c’est une chose, mais alors, pouvoir choisir ses enfants sur un catalogue, c’en est une autre !!!! et qui est absolument ignoble !!

Elles ont alors décidé de créer un magazine pour choisir son nourrisson (et vous faire comprendre l’horreur de la chose) …LK postures

genetoc

Lucy et Djpingouin (enfants non-modifiés)

retour sur le tremblement de terre au népal

Bilan du séisme au Népal : plus de 8000 morts… dont 10 français.

La presse française a la très mauvaise manie de parler de ces faits en accentuant, quand ça se passe dans un autre pays, sur les français qui sont impliqués, ou de ne parler d’un sujet important que pendant quelques jours puis de le laisser tomber. Nous trouvons cela exaspérant.

C’est important de parler des Népalais. Dans quelques temps, on n’en parlera plus du tout ? C’est comme pour Ebola, et c’est ça notre crainte, qu’on les oublie.

Il y a eu aussi des survivants. Il y a eu le « super bébé » qui est resté vivant trois jours tout seul sans boire.

Est-ce qu’on peut parler avec humour de ce qui s’est passé ? Ecrire un article : « Le super bébé Népalais » ? Charlie Hebdo, ils traitent tout avec humour. Oui, mais on ne peut pas faire un article avec seulement de l’humour. Il faut aussi dire ce qu’on ressent.

On a du mal à voir à quoi ressemblait le paysage avant le tremblement de terre. On montre des images des monuments, des temples, d’une tour avant, et maintenant il n’y a plus que des tas de pierres. Le 1er ministre dit qu’un énorme effort sera fait pour tout reconstruire exactement comme avant. L’argent que ça demande pour reconstruire tout ça, il vaut mieux le mettre pour reconstruire des logements pour les gens.

Mikaël : je suis triste. J’ai vu des images choquantes. Ça fait peur. Les images sont faites pour émouvoir les gens à l’abri pour qu’ils envoient de l’argent. L’ambassade française était vide, désertée. Plus personne ne travaillait. Un jour elle est même restée fermée. J’aimerais savoir si la France a envoyé de l’aide. Est-ce que François Hollande s’est déplacé ? Est-ce qu’il a dit quelque chose ? Qu’est-ce qu’il a fait ? Et puis je voudrais savoir comment font les survivants. Est-ce que la Croix Rouge est là-bas ? Qui d’autre ? L’ONU ? Comment ils font pour boire, manger, dormir ? C’est la montagne. Il doit faire froid.

Arthur : moi je ressens de la rage. De la colère. Je suis énervé, dégoûté, écœuré. Ça me donne des envies de « canardage ». Par exemple j’ai entendu une française qui est rentrée tout de suite après le tremblement de terre et elle disait : « Je regrette, j’aurais dû rester là-bas pour apporter de l’aide ». C’est trop tard. Il fallait qu’elle y pense avant. Et puis dans Courrier International, la presse reproche au Népal de ne pas avoir prévu, agi, avant le tremblement de terre. Ça me fout en rogne.  C’est un pays très pauvre. On ne peut pas lui dire ça. Qui l’a aidé avant ? Au Japon par exemple, ils sont forts pour tout ce qui concerne les séismes. Ils ont des constructions spéciales, ils s’entrainent. Là, on dit que le Népal organise une journée par an destinée à l’information sur les séismes et ce qu’il faut faire quand il y en a un. Ce n’est pas normal de lui reprocher de ne rien faire. L’aide internationale c’est toujours après, jamais avant. C’est un manque d’humanité. Il devrait y avoir un partage des techniques, des connaissances, des moyens de prévention.

Questions : est-ce que ce séisme était prévu ? Est-ce qu’on en connaissait la magnitude ? L’épicentre ? Est-ce que c’est possible de connaitre ces informations ?

Nous espérons juste que la presse française prendra plus en considération les Népalais et qu’elle arrêtera de donner des conseils alors qu’il est trop tard. Au lieu de parler, nous aimerions qu’il y ait plus d’aides, plus d’actions. Au lieu de leur dire qu’ils auraient dû mieux se préparer, nous pensons qu’il serait plus judicieux de les aider avant une catastrophe !

Arthur et Mikaël