à la régie de quartier

Ce diaporama nécessite JavaScript.

photos Kelyddon et Madeleine

Mardi 3, nous (quelques rédacteurs) sommes allés à la Régie de quartier pour vendre nos journaux (édition spéciale « C’était 2016 », une édition sur papier avec un choix des meilleurs articles de tout 2016). Les maires du 3è et 2è arrondissement ont fait un discours de vœux pour la nouvelle année, la député a également fait un discours. Madeleine et Mathilde ont aussi parlé pour expliquer les progrès de notre journal depuis fin 2015. Nous avons vendu plus de 50 exemplaires ! Merci à la Régie de quartier pour son accueil !!

Loulou & Kelkun 🙂

la canopée, le soi-disant parapluie géant

Photo LP /Philippe de Poulpiquet

Photo LP /Philippe de Poulpiquet

Le journal Libération du 22 novembre nous apprend que la canopée des Halles que nous croyions tous (ou pas) être un parapluie gigantesque ne l’est absolument pas : sous la canopée nous ouvrons quand même nos parapluies puisque l’eau passe par les trous présents dans la carapace et certains commerçants s’en plaignent parce que d’énormes flaques se forment devant les vitrines de leurs magasins. Finalement, peu de temps après l’inauguration, Paris va devoir lancer un appel d’offres de 1,2 millions d’euros en janvier pour reprendre les travaux !

Tao 🙂

les manifestants de république : de braves résistants

Les participants du mouvement Nuit debout, place de la République, à Paris, le 11 avril 2016. (DOMINIQUE FAGET / AFP)

Les participants du mouvement Nuit debout, place de la République, le 11 avril 2016. (Dominique Faget/AFP)

agathe 1

Photo Agathe

Toutes les personnes qui manifestent sur la place de la République ont, au moins, les mêmes motivations sur deux points : provoquer un chamboulement et obtenir le retrait total de ce projet de loi du travail El Khomri. Voici maintenant un mois que des lycéens, des adultes et même des personnes âgées, se battent pour leur avenir…  et le nôtre.

J’ai eu la chance de rencontrer et d’interroger ces « résistants » :

 » Ce qui me motive, c’est d’être là avec d’autres personnes, rencontrer des gens, parler avec eux, faire des actions car je ne suis pas satisfait de la manière dont fonctionne notre société. Je fais partie des gens qui ne veulent pas forcément dormir sur la place mais y passer la journée. Sur cette place,  personne n’est d’accord et c’est bien. Ce qui compte, c’est que l’on arrive à être ensemble même si on n’est pas d’accord «  dit l’homme aux lunettes noires.

agathe 2

La plupart des manifestants de la « Nuit Debout » veulent rester des anonymes. Photo Agathe

Ensuite, j’ai interrogé un groupe de lycéens arrivant tout juste d’une manifestation :

 » On est contre la loi du travail ! Justement, nous revenons d’un parcours : Bergson, Voltaire, où nous avons étés coursés par les CRS, et nous voici maintenant à République ». dit une lycéenne (habillée en noir).
 » Ce qui me dérange, c’est la dynamique d’exploitation et le fait qu’ils veulent toucher au code du travail. Je veux lutter pour mon avenir, et contre la loi du travail « , dit un lycéen en colère.
 » La loi du travail ? je ne suis pas touchée maintenant, mais dans 10 ans…. Tout le pouvoir sera aux patrons et les employés devront se battre, et moi aujourd’hui j’aurais la flemme ? «  explique une lycéenne.
 » Je suis contre car ça ne nous promet pas un bon avenir et ça nous fera travailler pour une misère « ,  raconte une jeune fille.
 » Je suis contre ! ça va niquer notre avenir ! «  explose une lycéenne très en colère.
 » Je trouve cette loi du travail SCANDALEUSE ! Tous les droits iront aux patrons et les salariés n’auront rien ! «  s’offusque un jeune homme scandalisé.
 » C’est inadmissible nous n’avons pas d’avenir, même pour vous les enfants, il faut faire gaffe ! il n’y aura plus de garanties pour les jeunes « , prévient un monsieur qui s’est joint au groupe.
 » C’est profondément injuste : les jeunes n’auront pas de protection, pas de respect !! «  dit un lycéen maquillé de orange.

J’ai ensuite interrogé des CRS sur leur avis car je pensais que, malgré leur travail, ils pourraient partager le même sentiment que les manifestants… mais non ! voici ce qu’ils m’ont répondu :

 » On peut pas vous répondre. On est neutre.
– Et puis, les gens manifestent tout le temps : un jour pour un match de foot, un jour pour un journal… bref, c’est toujours la même chose ! « 

C’était très injuste cette réaction car ils pouvaient nous expliquer leur « neutre attitude » avec plus de gentillesse !

Sinon, les personnes que j’ai interviewées ont été très gentilles et elles semblaient contentes d’exprimer leurs avis sur la situation.

Pour finir, je remercie le monsieur aux lunettes noires , le groupe de lycéens que j’ai interrogés et toutes les autres personnes interviewées (hormis les CRS pour leur manque de collaboration) auxquelles je ne peux pas donner de signes distinctifs.

Nagathetheblues

notre république

Photo Edouard Caupeil, parue dans le journal Libération du 6 janvier 2013

Photo Edouard Caupeil, parue dans le journal Libération du 6 janvier 2013

Les images nous interrogent…

Avant j’allais toujours à la République avec des amis, ce quartier était le nôtre.

Depuis les attentats, à la République, il y a des portraits de ceux qui sont morts, des drapeaux, des pancartes… Les gens lisent ce qui est écrit, le soir ils allument des bougies. Encore aujourd’hui.

J’ai lu les textes que les gens ont écrits, j’ai eu de la peine, j’ai même pleuré.

Ce quartier était le notre, depuis les attentats ce quartier est à tout le monde. La République est à tout le monde.

Lydie

la mairie fait plaisir aux arrondissements

2shy devant une de ses œuvres

2shy devant une de ses œuvres

2shy 1Le projet du budget participatif de la Mairie de Paris (vous savez à quel point je suis ceci de très près) qui proposait d’offrir des rues complètes à l’art dans nos arrondissements, a finalement été voté. Des murs entiers vont être destinés aux street-artistes pour qu’ils s’expriment sans que la police intervienne et les embarque. Voici la liste des artistes et leurs arrondissements, tirés au sort ce mardi : Hopare (IIe), 2Shy (IIIe), Shaka (IVe), Marko 93 (VIe), Psyckoze (VIIIe), Da Kruz (VIIe), Alex (IXe), Zenoy (Xe), Astro (XVIIIe), Lazoo (XIXe) et Noé Two (Ier).

Dans notre quartier, c’est donc 2SHY, un jeune homme d’une qurantaine d’années qui animera un mur, pour l’instant triste, rue Chapon, par ses très jolis graffs.

Nathan

 

tout savoir sur le budget participatif

budjet participatifL’interview s’est passée au collège. Mme Bismuth – Le Corre, adjointe au maire et « ambassadrice » du budget participatif, nous a laissé poser nos questions et nous a donné des affiches et des flyers à distribuer devant ou dans le collège.

Juste avant l’interview, Mme Pirez, notre principale, est passée car elle voulait nous préciser qu’elle avait déjà parlé des projets de budget participatif avec les élèves de 4e et 3e. Elle aimerait mettre un mur de verdure à l’entrée du collège !

Encore des hésitations ? Nous vous proposons de jeter un petit coup d’œil au site internet de la mairie de Paris. Ça vous donnera peut-être des envies pour votre ville, vous avez jusqu’au 19 février. Nous vous rappelons que tout le monde peut proposer des projets, ensuite la mairie sélectionnera en fonction de leur utilité. Les votes se dérouleront en septembre 2016.

La mairie compte sur vous !!!

VIPARISIAN

100% bio

La soirée des voeux à la Régie de quartier la semaine dernière, a été l’occasion pour les rédacteurs du Canard de vendre leur journal, mais aussi de rencontrer plein de gens. Saviez-vous, par exemple, que vous pouviez commander vos paniers de fruits et légumes 100% bio et venir les récupérer à la Régie ?

M. Julien Picq, (très) commercial, a tenu à être interviewé par nos journalistes et à vous présenter ses Paniers du Val de Loire.

Nono