le véganisme

Vous avez sans doute entendu parler (ou vu et même vécu, ce que je ne vous souhaite pas) des attaques de boucheries par des végans, mais je vous rassure, tout les végétaliens (pas végans) ne sont pas des terroristes. Je vous explique : si certains végans sont des gens qui voudraient forcer les autres à avoir le même régime alimentaire qu’eux, les végétaliens font leur régime dans leur coin sans gêner personne. Et si on écoutait leurs arguments ?

1) La santé

Beaucoup de gens pensent qu’il est indispensable à notre corps de manger de la viande ou d’autres protéines animales, œufs, produits laitiers et autres. Mais sommes-nous sûrs que l’homme puisse les digérer sans problème ???  Ainsi, le lait de la vache (beaucoup plus riche que celui des mamans) n’est pas fait pour l’homme, mais pour le veau !!! D’ailleurs les végétaliens font remarquer qu’aucune autre espèce que l’homme ne boit le lait d’un autre mammifère dans la nature.

Ils ajoutent qu’on retrouve toutes les protéines qui sont dans la viande, dans les légumes et les céréales ! Il n’y a que la vitamine B12, que l’on absorbe exclusivement en mangeant de la viande. Si on n’en mage plus, il suffit de prendre la B12 en comprimés !

Enfin, si les études qui disent que les végétaliens ont une espérance de vie meilleure que les « normaux » (qui mangent de la viande et d’autres protéines animales) sont contestées, elles s’accordent sur le fait que les végétaliens font souvent plus attention à leur hygiène de vie en général : ils ne fument pas, ne boivent pas, font du sport, etc. Cela leur évite des maladie comme le diabète ou l’obésité.

2) Le bien-être animal

Les animaux d’élevage ne sont pas toujours bien traités : gavés pour grossir plus vite, entassés dans des camions pour être transportés… Dans les abattoirs, il arrive qu’on les tue les animaux de manière horrible. Certains sont éventrés vivants. Les poussin mâles qui deviendront des coqs et seront « inutiles » pour la consommation, peuvent être broyés vivants !!!

3) L’écologie

La surconsommation de viande, conduit à détruire des forêts (qui recyclent le CO2)  pour les remplacer par des champs et y élever du bétail ou y faire pousser de quoi le nourrir.

D’autre part, l’élevage est en parti responsable du réchauffement climatique. Eh oui, rots et pets des vaches émettent du méthane un gaz a effet de serre très destructeur de la couche d’ozone !

A vous maintenant de vous faire votre opinion. Salut les amis !

CJ

 

 

une recette facile et sympa à découvrir : le cake au pesto et au chèvre

Coucou !

Cette semaine, nous vous proposons une recette facile et rapide à faire qui ne demande pas beaucoup d’expérience culinaire et peu d’ustensiles. Nous vous présentons…

LE CAKE CHEVRE ET PESTO !!!!!

Les ingrédients (pour 6 personnes) :                                                
-200 g de farine
-3 œufs
-10 centilitres de lait
-5 centilitres d’huile d’olive
-1 sachet de levure chimique
-environ 80 grammes de pesto (5 cuillères à soupe)
-une demie bûche de chèvre (à rajouter en plus si besoin)

Les ustensiles :
-un moule à cake
-un saladier
-un fouet
Et bien sur, un FOUR !

  1. Mettre tous les ingrédients (sauf le pesto et le chèvre) dans le saladier.
  2. Mélanger le tout jusqu’à ce que le mélange devienne homogène.
  3. Rajouter le chèvre et le pesto.
  4. Mélanger.
  5. Verser dans le moule (nous vous conseillons de beurrer le moule avant).
  6. Enfourner dans le four et laisser cuire le cake pendant 40 minutes à 210°(thermostat 7).
  7. Dégustez !!!!!!!!

Bien sûr, nous vous avons proposé un cake avec du pesto et du chèvre mais vous pouvez les remplacer par les ingrédients de votre choix. Nous tenons à préciser que pour les sans gluten, la farine de sarrasin est aussi une bonne solution.

Nana et Canarduck

la galette des rois : d’où vient la tradition ?

C’est bien bon la galette, mais d’où vient la tradition d’un gâteau à la frangipane avec une fève cachée à l’intérieur ? (Dêpechez-vous d’en manger, car la Chandeleur avec ses crêpes c’est aujourd’hui et ce sont les toutes dernières galettes des rois – ou gâteaux des rois qui sont en vente !)

La tradition veut que le premier dimanche de janvier,  jour de l’Epiphanie (jour où les rois mages arrivèrent jusqu’à Jésus, lui offrant des cadeaux), on mange une galette des rois. La coutume est que le ou la plus jeune se mette sous la table et désigne qui aura chaque part. Cette tradition française remonte au 13ème siècle, mise en place par l’Eglise. La galette était alors divisée par le nombre de personnes à table, plus une, offerte au premier pauvre passant appelée «part du Bon Dieu» ou «part de la Vierge». De base, la fève était cachée dans du pain, puis dans de la brioche, et c’est seulement plus tard que la brioche fut remplacée par la galette d’aujourd’hui. La coutume de la brioche n’a pas complètement disparu : dans le Sud de la France, la fève est toujours cachée dans une brioche aux fruits confits qui est appelée «gâteau des rois».

Côté fève, elle remonte au temps des Romains qui avaient l’habitude de désigner leur chef en cachant une pièce ou encore un haricot blanc dans du pain. Ce n’est qu’au 18ème siècle que les fèves de porcelaine représentant Jésus apparaissent. Elles ont pris la forme du bonnet phrygien lors de la révolution française. Aujourd’hui, les fèves peuvent avoir n’importe quelle forme et n’importe quelle couleur ! Certains les collectionnent. Savez-vous comment on les appelle ? Des des babophiles !

Bon appétit !

Canarduck

Kodama !

À l’intérieur c’est super confortable !☺

KODAMA alchimistes infuseurs! Ça, c’est leur logo!☻

Aujourd’hui, comme vous l’avez tous deviné mes p’tits canards, je vais vous parler d’un endroit où j’aime bien aller : KODAMA. C’est un bar à thé que j’aime beaucoup.  Plongez dans l’univers du thé la tête la première ! Avec de nombreuses recettes pour tous les goûts, les portes du thé vous sont ouvertes ! Vous verrez, bientôt, vous chanterez les louanges du thé ♪♫! Avec ça vous saurez reconnaître un Genmaïcha d’un Matcha.                            C’est votre jour de chance, mes p’tits canards !!!! Je suis allée interviewer Vincent BRUNET, l’un des deux fondateurs de KODAMA. Alors, ça donne ceci :

Au Menu Du Canard : Comment avez vous découvert le thé ? Qu’est ce qui vous plaît dedans?

J’ai découvert le thé en 2005 et Martin en 2011 tout les deux à Taiwan.
Deux choses nous plaisent dans le thé : quand on fait du thé, on a l’impression de création, de faire de la cuisine, on manipule les feuilles, comme des alchimistes !
Deuxième point : quand on boit du thé on doit prendre le temps de déguster; quand on boit du café, on le boit vite et la vie reprend. Tout va trop vite en ce moment, on aime l’idée de la déconnexion dans le thé…

AMDC: Et comment s’est créé KODAMA ?

L’idée, à la base, était de créer un « bubble tea » comme à Taiwan ! Malheureusement, les bubble tea se développaient à une vitesse folle. Le temps passait et on s’est dit qu’on allait faire du « vrai thé »! On a suivi des cours du soir à l’Ecole du thé et on testait des recettes classiques ou de notre cru. On a fini (un peu par hasard) par découvrir les propriétés de l’infusion à froid ! Le nom s’est trouvé par hasard : on était censé s’appeler « L’Artisan ℑnfuseur  » mais on a dû changer car L’Artisan Parfumeur existait déjà. On a eu du mal à trouver un nouveau nom, on s’est dit « mais qu’est-ce qui nous plait? »: le manga et Miyazaki, en particulier Princesse Mononoke, on adore les esprits de la forêt qui s’appellent les Kodamas.

AMDC: Est-ce que ça marche bien tout ça?

Aujourd’hui, ça marche bien. C’est un peu parce que tous les ans, on a créé quelque chose. Première année: le bar à thé en lui-même; deuxième année: la vente de produits (accessoires de thé) et boîtes de thé pour chez vous ; troisième année : on travaille avec les pros, on fournit les entreprises ; quatrième année : on va sûrement vendre sur Internet; cinquième année : on va peut-être ouvrir un nouveau Kodama ! C’est grâce à ça que Kodama marche encore mieux, on est quatre maintenant mais on était deux au départ.

AMDC: Quel est le rôle de chacun?

On a tous un rôle précis :   Florence, tenue du bar, accueil des clients, service et conseils, Alix, relations et événements avec les professionnels, Martin, opérations (il fait en sorte que tout ce qu’on fait soit réalisable etc…), il gère les finances, les nouveaux projets et la logistique, moi (Vincent), la création des nouveaux thés (création, nom etc…), je m’occupe aussi de l’approvisionnement (ce qu’on appelle le sourcing) et la communication (posts sur les réseaux, événements journalistiques ou avec les gens).

AMDC: Comment différencier les thés?

3 choses : 1. tu regardes les feuilles (tu regardes leur couleur, du blanc au noir et leur taille, c’est à dire leur âge) 2. tu regardes le thé infusé (la lumière opaque ou transparente et la couleur à nouveau) 3. quand tu bois le thé, le parfum tu le sens avec ton nez et ça détermine le goût et la saveur (tu ne sens que 5 saveurs, sucré, salé, acide, amer et umami, avec ta langue).

AMDC: Y a t-il un moyen de bien choisir son thé?

C’est une très bonne question. La première chose c’est d’aller chez un spécialiste du thé, demande-lui la région, la technique d’infusion, qu’il te laisse le voir et le sentir. La seconde chose c’est de demander conseil et de goûter, il n’y a pas vraiment de secret. Si on est connaisseur, il faut aussi choisir de belles feuilles, qui ne sont pas cassées ou brisées.

AMDC: Quel est le thé le plus populaire?

En ce moment, c’est le chai latte mais ça dépend des saisons et du temps qu’il fait. En été, c’est Au Petit Bonheur (thé à la pêche), on le sert même glacé. Cet automne, les gens ont pris des Double Jeu (noix et amande). Au printemps, c’est plutôt le Poids Plume qui comme Au Petit Bonheur est servi chaud ou froid.

AMDC: Comment bien infuser son thé?

Il y a 5 techniques :
1: Un bon thé est un thé avec des feuilles ENTIÈRES dont on connaît l’origine   

2: Une bonne eau: la moins minérale possible
3: Un bon ratio (le dosage) : ici on met 4g de thé pour 20cl d’eau
4: La bonne température : de 50 à 85°C (ATTENTION, ne faites JAMAIS bouillir votre eau !!!!!!!!!!!!!) On peut aller plus haut pour les infusions.                                                                     

5: La bonne durée d’infusion: entre 2min30 et 4min.

AMDC: Vous décorez de façon saisonnière et vous faites des éditions limitées. Pourquoi?

Pour les décorations, on aime que les clients aient une expérience différente. On aime changer de décor, on change le thé du mois (tous les MOIS, donc), on fait souvent des origamis en restant fidèle à notre identité. Après, c’est le hasard des rencontres : on a rencontré une japonaise qui apportait un concept nouveau et on l’a adopté. Pour les éditions limitées, on a rencontré Tom, un client et ami qui est dessinateur. On organise aussi des activités variées de temps en temps.

AMDC: Vous faites aussi des partenariats avec des professionnels, comment et avec qui?

C’est très variable, mais on travaille surtout avec des gens du milieu de la gastronomie, notamment des pâtissiers mais aussi des chocolatiers et des chefs. On a aussi (très peu) travaillé avec des parfumeurs ou des marques qui veulent un thé signé.

 AMDC: Quelles sont les propriétés de l’infusion à froid?

Il y en a 3 :

  1. C’est une technique qui fait ressortir le goût mais peu l’amertume; c’est comme le café. Un thé infusé à chaud sera toujours plus amer.
  2. Tu peux tout faire infuser, c’est long mais tu peux même mettre des racines. Comme l’infusion est plus longue, tu as plus de temps pour extraire le goût. C’est comme cela qu’on procède avec les pêches ou les carottes.
  3. Tu peux faire des thés glacés sans sucre avec cette technique                 

L’article touche à sa fin mes p’tits canards, j’espère que je vous aurais donné envie de boire du thé mes chers lecteurs fidèles (en toute modestie vous devez être beaucoup, non?)

Salut les canards, et à la prochaine fois!

              °XilaRION°

KODAMA au 30 rue Tiquetonne [75002], https://www.shop-kodama.com/

recette du mille feuilles

Bonjour, Il y a plusieurs semaines un lecteur m’a demandé la recette du mille feuilles, suite à la série de recettes que j’avais partagé avec vous pour Noël. Je ne peux refuser ça (je suis une adepte du mille feuilles) ! Voici, donc, la recette, empruntée à Cuisine AZ :

Ingrédients:

  • 300 g de pâte feuilletée
  • 1/2 l de laitImage associée
  • 4 jaunes d’œufs
  • 100 g de sucre semoule
  • 40 g de fécule de maïs
  • 1 gousse de vanille
  • un peu de sucre
  • -Pour le glaçage :
  • Pour le glaçage :
  • 200 g de sucre glace
  • 40 g de blanc d’œufs
  • 1 c. à café de cacao non sucré

Voici la préparation:

ÉTAPE 1 Préchauffez le four th.6 (180°C).

ÉTAPE 2 Préparez la crème pâtissière : mettez le lait à bouillir avec la gousse de vanille.

ÉTAPE 3 Dans un saladier, mélangez les jaunes d’oeufs, le sucre et la fécule de maïs. Retirez la vanille du lait bouillant, puis versez-y votre mélange en remuant jusqu’à épaississement. Laissez refroidir.

ÉTAPE 4 Etalez la pâte feuilletée sur 2 mm d’épaisseur et découpez 3 rectangles .

ÉTAPE 5 Piquez toute la surface à l’aide d’une fourchette et saupoudrez d’un peu de sucre.

ÉTAPE 6 Enfournez pendant 15 à 20 min, la pâte doit être dorée et croustillante.

ÉTAPE 7 Alternez couches de feuilletage et couches de crème pâtissière.

ÉTAPE 8 Posez le dernier feuilletage.

ÉTAPE 9 *Le glaçage :

ÉTAPE 10 Dans un saladier, fouettez légèrement le blanc d’œuf puis ajoutez le sucre et fouettez énergiquement.

ÉTAPE 11 Prélevez 2 c. à soupe de ce mélange et placez-les dans un autre bol. Incorporez-y le cacao pour le colorer et mélangez bien. Versez le glaçage chocolaté dans une poche à douille très fine. Réservez.

ÉTAPE 12 Versez le glaçage blanc sur le mille-feuille, étalez-le uniformément à l’aide d’une spatule et lissez bien.

ÉTAPE 13 Tracez immédiatement des lignes parallèles sur toute la largeur du gâteau avec le glaçage chocolat, comme pour faire des rayures.

ÉTAPE 14 Sans attendre, tracez alors des lignes perpendiculaires à celles que vous venez de faire avec la pointe d’un couteau. Vous devez le faire dans les deux sens de façon à former un joli quadrillage.

ÉTAPE 15 Dégustez aussitôt pour garder le croquant.

Et voila la succulente recette est là !

Si vous avez réussi à faire un mille-feuilles, dites le moi dans les commentaires !

Axelle

3 idées de gâteaux pour fêter Noël (3)

Mes chers lecteurs, voici la dernière recette que je vous transmets. Pour celle-ci je vous propose : l’incontournable…

Bûche de Noël !

La bûche c’est juste trop bon ! Depuis quelques années j’aide à sa préparation. Pour que vous aussi vous puissiez vous y mettre, voici la recette !  (Ah oui, je tiens aussi à dire que ma recette est au chocolat et à la vanille, pour tous ceux qui sont allergiques, on ne sait jamais).

LES INGRÉDIENTS

Pour 10 personnes

    • Chocolat noir : 100 g
    • Praliné : 100 g
    • Paillettes de gavottes : 150 g
Pour la garniture
Pour la mousse
  • Oeuf(s) : 3.5 pièce(s)
  • Jaune(s) d’oeuf(s) : 3.5 pièce(s)
  • Sucre en poudre : 166.5 g
  • Eau : 13.5 cl
  • Feuille(s) de gélatine de 2 g : 6.5 pièce(s)

3 idées de gâteaux pour fêter Noël (2)

Aloha ! Aujourd’hui, je vais vous dévoiler une deuxième recette comme promis, j’ai nommé …

le biscuit « tête de renne » !

Ces biscuits, je les adore ! Ils sont à la fois mignons et succulents ! Je vais vous avouer tout de suite que je n’en ai jamais fait mais c’est mon ambition pour cette année !!

Et surtout, comme la dernière fois, je vous conseille de commencer maintenant pour avoir le temps de vous entraîner d’ici Noël ! Et puis, si vous avez des petits-enfants, ça les fera craquer !

Axelle


Pour réaliser une quarantaine de biscuits, vous aurez besoin de :

  • 180 g de beurre doux
  • 200 g de sucre
  • 1 oeuf + 1 jaune d’oeuf
  • 1/2 cuillerée à café de vanille en poudre
  • 350 g de farine
  • quelques smarties (marrons et rouges)
  • 80 à 120 g de chocolat noir de couverture (pour la déco)

Etape 1
Dans un grand saladier, travaillez le beurre mou en pommade avec le sucre. Ajoutez l’oeuf et le jaune d’oeuf puis la vanille et la farine. Travaillez la pâte avec les doigts pour former une boule de pâte.

Etape 2
Laissez-la reposer 30 min au réfrigérateur pour qu’elle perde de son élasticité.

Etape 3
Etalez la pâte sur un plan de travail fariné et découpez des cercles de 6 à 8 cm de diamètre, à l’aide d’un cercle à pâtisserie.

Etape 4
Posez-les sur des plaques à four recouverte de papier sulfurisé. Faites cuire environ 10 min dans le four préchauffé à 180°C. Laissez-les bien refroidir avant de les manipuler car ils sont très fragiles.

Etape 5
Faites fondre le chocolat au bain-marie et versez-le dans un sac congélation (c’est mieux de le faire par petites quantités). Coupez la pointe du sac, à peine, pour l’utiliser comme une poche à douille. Dessinez les yeux, les cornes et mettez un peu de chocolat pour coller un smarties pour le nez.

Et voilà, c’est prêt !