Yuval Noah Harari et l’homo deus

Yuval Noah Harari est un historien qui enseigne à l’université hébraïque de Jérusalem. Il est l’auteur de deux livres dont le premier qui est devenu un best-seller, Sapiens [sous-titré Une brève histoire de l’humanité], traite justement de l’histoire de l’humanité depuis ses débuts jusqu’à nos jours. L’autre, qui est sorti récemment, Deus [sous-titré Une brève histoire de l’avenir], traite de son futur.

Nous allons parler de Deus et dans celui-ci, Yuval Noah Harari qui nous met en garde contre 2 menaces qui pèsent sur l’espèce humaine telle que nous la connaissons et pourraient conduire à des fins catastrophes :

1. Première fin : le transhumanisme.

Auparavent, la médecine servait à soigner les maladies. Au XXIè siècle « La vaccination, les antibiotiques… Ces progrès sont devenus accessibles même aux pauvres du Brésil et de Chine. Mais aujourd’hui, avec l’irruption des nouvelles technologies, l’objet de la médecine s’est déplacé : elle sert à améliorer les gens riches et en bonne santé », nous dit-il.

Le transhumanisme est le fait d’améliorer le corps humain avec des implants mécaniques, électroniques, l’utilisation de la génétique… etc. Grâce au transhumanisme l’homme du futur sera une espèce de surhomme, un Homo Deus [Homme Dieu]. Mais ces procédés coûtent très cher et seulement les millionnaires ainsi que les milliardaires pourront y avoir accès tandis que les plus pauvres, c’est-à-dire 2/3 de la population, en seront privés. « Les inégalités économiques pourront se traduire en inégalités biologiques, prévient Yuval Noah Harari, pour la première fois de l’Histoire, la classe supérieure pourra être biologiquement supérieure ». Le travail, très spécialisé, sera réservé à ceux qui auront bénéficié du transhumanisme, les autres ne « serviront » plus à rien.

2. Seconde fin : le dataÏsme.

Les dataïstes pensent que tous les organismes (les humains, les animaux, les plantes, mais aussi les villes, les sociétés…) sont des systèmes de traitement de données (data) mais que les êtres humains ne sont pas en mesure d’analyser les flux immenses des données qu’ils reçoivent, afin de toutes les comprendre. Le traitement de ces données doit donc être confié à des algorithmes électroniques dont la capacité excède de beaucoup celle du cerveau humain. Ces algorithmes pourront même répondre mieux que nous à ce qu’il convient de faire dans telle ou telle situation. Conséquence, on n’aura plus besoin de réfléchir, est-ce bien ? est-ce mal ? et on n’aura plus besoin de choisir… Le processus est engagé, par exemple les algorithmes d’Amazon peuvent déterminer pour vous quel livre vous allez acheter, c’est très précis ils peuvent vous proposer selon votre « profil », des livres pour vous remettre au niveau scolaire, des romans, des BDs, et plein d’autres choses, ou bien, lorsque vous regardez une vidéo sur Youtube, on vous proposera la « suite » de l’épisode ainsi que d’autre vidéos qui ont un rapport avec celle que vous regardez…

Attention, il ne faut pas qu’on ait peur de la science, Yuval Noah Harrari a écrit ce livre pour nous prévenir des dangers de la technologie (n’oublions pas ce qu’elle peut avoir de bénéfique comme par exemple dans le domaine de la santé), mais surtout pour que nous restions vigilants et lucides.

Olivier le spécialiste de la science chez le Canard

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s