ces femmes culottées-Ada Lovelace

Pour la rentrée des Culottées, je vous propose la biographie du premier programmeur informatique. Enfin, programmeuse, car Ada Lovelace était bien une femme ! Et oui, les femmes ne sont pas bonnes qu’au ménage et à la cuisine ! (je tiens juste à préciser que cette biographie ne figure pas dans les livres « Culottées » de Pénélope Bagieu ) Bref, voici son histoire…

Ada Lovelace, née Byron, vit le jour le 10 décembre 1815 à Londres de l’union du poète Lord Byron et de l’intellectuelle Anabella Milbanke. La jeune Ada ne connut pas son père, car Annabella l’avait quitté pour l’éloigner de sa fille, lui assurant ainsi une éducation sérieuse loin des bizarreries poétiques de Lord Byron. Annabella Milbanke se passionnait pour les mathématiques et fit en sorte qu’Ada reçoive un enseignement approfondi dans ce domaine, évitant ainsi que la petite suive l’exemple de son père. Accompagnée par de bons tuteurs, Ada fut brillamment formée en sciences et mathématiques, ce qui, pour l’époque, était assez incongru. En effet, ce n’était pas tous les jours que l’on voyait une fille de la noblesse qui bénéficiait d’un tel apprentissage, la science était réservée aux hommes, « les femmes ne disposant pas de l’énergie mentale et physique nécessaire ». C’est pourquoi on observa le comportement d’Ada au cours de ses études scientifiques, et on diagnostiqua des nausées et des douleurs abominables qu’on associa à son travail. Bien sûr, il était possible que la jeune fille eut une santé fragile, mais elle réussit à atteindre un niveau exceptionnel en mathématiques.

Quand elle eut 17 ans, la tutrice d’Ada, Mary Sommerville (une chercheuse renommée du XIXe siècle) présenta à sa pupille Charles Babbage, un mathématicien qui enseignait à l’Université de Cambridge (on le considère aujourd’hui comme le « père des ordinateurs modernes »). Passionnée par la « machine à différences » (première calculatrice) de Charles, la jeune Ada devint très proche du scientifique. Cette amitié permit à le jeune fille de débuter dans l’informatique. Par l’intermédiaire d’une correspondance de 10 ans avec Charles Babbage, Ada perfectionna son savoir en mathématiques et fut témoin du développement de la fameuse machine à différences. Mais Charles Babbage avait d’autres projets en tête, des idées plus ambitieuses. Son amie découvrit qu’il voulait construire une machine analytique (l’ancêtre de l’ordinateur) et elle assista à la conception de cette machine qui pourtant semblait inconcevable. Grâce à cela, Ada fit son entrée dans le monde des ordinateurs et de l’informatique.

En se mariant en 1835 avec William King, Ada devint La très honorable Augusta Ada, comtesse Lovelace. Les deux époux eurent trois enfants : Byron (né en 1836), Annabella (née en 1837) et Ralph Gordon (né en 1839). Les trois grossesses de la comtesse aggravèrent sa situation de santé déjà fragile, elle ne put donc pas se consacrer énormément à ses passions, les mathématiques et l’informatique. En 1839, Ada décida de recommencer ses activités, et demanda à son ami Charles de lui trouver un nouveau tuteur. Ce fut Auguste De Morgan, professeur à l’Université de Londres qui s’en chargea. Lady Lovelace apprit l’algèbre, la logique et l’analyse. Auguste De Morgan vit en elle une femme créative, qui avait une pensée élaborée, ce qui lui permettrait de réaliser de grandes découvertes en mathématiques.

C’est grâce à un article sur la machine analytique de Babbage (qui parut dans un journal italien en 1842) qu’Ada put exposer son point de vue scientifique. Chargée de la traduction du texte pour un journal anglais, la jeune femme, encouragée par Charles, ajouta ses propres notes.  Ada exposait en détail les éléments et le fonctionnement de la machine. Elle avait un style et une philosophie bien à elle, et grâce à ses écrits, Babbage estima son travail supérieur à l’analyse originale. Dans son article, Ada publia le premier algorithme (suite d’ordres que l’on donne à une machine pour qu’elle exécute ce qu’on lui demande) que l’invention de Babbage pouvait exécuter. Le programme, qu’elle présenta sous forme de tableau, était beaucoup plus compliqué que les petits programmes inventés par Charles, car il permetait de calculer les nombres de Bernoulli (une suite de nombres très complexes). Le tout premier programme informatique avait été créé. Et c’était l’oeuvre d’Ada Lovelace.

Mais le gouvernement arrêta de financer les travaux de Charles Babbage sur la machine analytique, donc Ada se mit à jouer pour gagner plus d’argent. Elle perdit beaucoup et s’endetta. Elle était totalement ruinée, et les deux amis scientifiques ne purent connaître la machine analytique de leur vivant, car elle était trop chère à construire.

Ada Lovelace mourut d’un cancer de l’utérus à 36 ans le 27 novembre 1852. Son mari hérita des nombreuses dettes de sa femme. Comme elle le désirait, on l’enterra à côté de son père.

Donc maintenant, vous pouvez être fières de savoir qu’une des plus grandes mathématiciennes, innovatrice et très intelligente était une femme.

Madeleine

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s