sciences en toutes lettres – à géométrie variable (1)

… Ou comment réduire et augmenter un texte pour en faire de la poésie, comme un peut réduire et augmenter un volume, une distance, une masse.

Réduire un texte : on est parti d’un texte existant (un passage de la nouvelle Mondo de J.-M.-G. Le Clézio), et on a enlevé, retiré, soustrait… jusqu’à arriver à notre court poème – technique qu’on appelle « blackout poetry » – qu’on a illustré. A l’arrivée, comment appeler le poème obtenu : un décitexte ? un centitexte ? En tout cas, un poème graphique !

Augmenter un texte : on est parti là aussi d’un texte existant (un extrait d’Etourneaux (in Beauregard), de Philippe Jaccottet), mais très court : une seule phrase ! Et cette fois au contraire, on a disposé les mots sur la page blanche en les écartant les uns des autres pour libérer de l’espace et on a rajouté, additionné, complété… par nos mots à nous, pour arriver à un nouveau texte poétique. A l’arrivée cette fois, un texte augmenté, donc : un décatexte ? un hectotexte ?


christian-ok


isabelle-ok


thais-ok


 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s