sciences en toutes lettres – le courant passe (1)

Notre règle du jeu, pour l’écriture : on a utilisé la ponctuation et les passages à la ligne pour interrompre le courant (ou le flux) de l’écriture… Ainsi, à chaque ligne, hop ! un mot en plus… ou en moins ! A l’arrivée, plusieurs formes de textes sont possibles : avec des lignes de plus en plus longues (pyramide), ou de plus en plus courtes (pyramide inversée) – ou bien d’abord de plus en plus longues, avant de rétrécir (losange), ou encore l’inverse : on rétrécit jusqu’à un mot par ligne, puis on rallonge (sablier) !

Pour nos illustrations, il s’agissait d’évoquer le poème au moyen d’une ligne unique et continue, sans lever la main.

Il est question, dans ces textes, d’électricité et de courant qui passe ou qui s’interrompt : sauras-tu deviner de quoi il s’agit ? Certains le disent, d’autres laissent le lecteur trouver la solution…

 

1 - Anna Chloé Théo

Poèmes écrits en atelier Sciences en toutes Lettres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s