les manifestants de république : de braves résistants

Les participants du mouvement Nuit debout, place de la République, à Paris, le 11 avril 2016. (DOMINIQUE FAGET / AFP)

Les participants du mouvement Nuit debout, place de la République, le 11 avril 2016. (Dominique Faget/AFP)

agathe 1

Photo Agathe

Toutes les personnes qui manifestent sur la place de la République ont, au moins, les mêmes motivations sur deux points : provoquer un chamboulement et obtenir le retrait total de ce projet de loi du travail El Khomri. Voici maintenant un mois que des lycéens, des adultes et même des personnes âgées, se battent pour leur avenir…  et le nôtre.

J’ai eu la chance de rencontrer et d’interroger ces « résistants » :

 » Ce qui me motive, c’est d’être là avec d’autres personnes, rencontrer des gens, parler avec eux, faire des actions car je ne suis pas satisfait de la manière dont fonctionne notre société. Je fais partie des gens qui ne veulent pas forcément dormir sur la place mais y passer la journée. Sur cette place,  personne n’est d’accord et c’est bien. Ce qui compte, c’est que l’on arrive à être ensemble même si on n’est pas d’accord «  dit l’homme aux lunettes noires.

agathe 2

La plupart des manifestants de la « Nuit Debout » veulent rester des anonymes. Photo Agathe

Ensuite, j’ai interrogé un groupe de lycéens arrivant tout juste d’une manifestation :

 » On est contre la loi du travail ! Justement, nous revenons d’un parcours : Bergson, Voltaire, où nous avons étés coursés par les CRS, et nous voici maintenant à République ». dit une lycéenne (habillée en noir).
 » Ce qui me dérange, c’est la dynamique d’exploitation et le fait qu’ils veulent toucher au code du travail. Je veux lutter pour mon avenir, et contre la loi du travail « , dit un lycéen en colère.
 » La loi du travail ? je ne suis pas touchée maintenant, mais dans 10 ans…. Tout le pouvoir sera aux patrons et les employés devront se battre, et moi aujourd’hui j’aurais la flemme ? «  explique une lycéenne.
 » Je suis contre car ça ne nous promet pas un bon avenir et ça nous fera travailler pour une misère « ,  raconte une jeune fille.
 » Je suis contre ! ça va niquer notre avenir ! «  explose une lycéenne très en colère.
 » Je trouve cette loi du travail SCANDALEUSE ! Tous les droits iront aux patrons et les salariés n’auront rien ! «  s’offusque un jeune homme scandalisé.
 » C’est inadmissible nous n’avons pas d’avenir, même pour vous les enfants, il faut faire gaffe ! il n’y aura plus de garanties pour les jeunes « , prévient un monsieur qui s’est joint au groupe.
 » C’est profondément injuste : les jeunes n’auront pas de protection, pas de respect !! «  dit un lycéen maquillé de orange.

J’ai ensuite interrogé des CRS sur leur avis car je pensais que, malgré leur travail, ils pourraient partager le même sentiment que les manifestants… mais non ! voici ce qu’ils m’ont répondu :

 » On peut pas vous répondre. On est neutre.
– Et puis, les gens manifestent tout le temps : un jour pour un match de foot, un jour pour un journal… bref, c’est toujours la même chose ! « 

C’était très injuste cette réaction car ils pouvaient nous expliquer leur « neutre attitude » avec plus de gentillesse !

Sinon, les personnes que j’ai interviewées ont été très gentilles et elles semblaient contentes d’exprimer leurs avis sur la situation.

Pour finir, je remercie le monsieur aux lunettes noires , le groupe de lycéens que j’ai interrogés et toutes les autres personnes interviewées (hormis les CRS pour leur manque de collaboration) auxquelles je ne peux pas donner de signes distinctifs.

Nagathetheblues

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s