battle « en direct du carreau » – une image / un article 2

Règle de la battle: On vous donne l’image, vous écrivez l’article !

photo 1

Article 1

EYES OF THE TIGER 

En Kilissie, cinq hommes politiques sont venus constater l’extraction de déchets nucléaires en fusion. Tchernobyl n’est pas loin. Les 3 de gauche sur la photo, de droite en politique, commentent : « il était temps que cette centrale explose, qu’on en finisse avec cette ville en désastre économique! ». Les deux de droite, de dos sur la photo, dits « de gauche » en politique : Manuel Valls et son frère jumeau tirent la langue. « Moi qui en France tente de relancer toutes les centrales ».  » ‘trales », répète son jumeau. La guerre a commencé, les cheminées jumelles crachent, empestent la ville de Kilic réputée avant pour son écologie de haut niveau.

Les hommes de gauche se grattent les mains, les jumeaux se mettent à penser. La fumée bruyante et odorante étouffe. Des cris se font entendre au loin, les cinq hommes comme doigts de la main se taisent. Devenus l’ombre d’eux-mêmes, ils ne peuvent plus agir, passifs, ils regardent le paysage qui perd ses couleurs. La Kalissie passe au Noir et Blanc. Reviendront-ils? Seuls témoins internationaux aveugles, enveloppes vidées d’eux-mêmes, ils ne répondent plus à nos appels.

Avis à la presse et aux télévisions du monde entier que Kilic ne disparaisse pas de la carte : n° vert xxxxxxxxxx.

Claire

Article 2

PAYS D’OUTRE-MONDE, D’OUTRE PAYS 

Mais quel pays et quelle guerre? Cinq silhouettes, de dos, noires, anonymes. Au loin, bien avant l’horizon, deux colonnes de fumée. Noires, elles aussi. Tristes et menaçantes. Les hommes de dos sont-ils intrigués, accablés, soulagés?

Les fumées montent de la ville que l’on devine au loin et quelques kilomètres, certainement, les séparent des cinq hommes. Qu’est-ce qui brûle? Des pneus empilés par le syndicat au milieu de l’usine occupée? Les restes d’un arsenal anéanti par un tir de mortier? Les décombres d’une usine de nitrate façon AZF au milieu de Toulouse? Toutes les questions sont possibles, toutes les réponses sont à craindre.

Devant les hommes, les champs sont ras, gelés. Désolés. Quand ils se retourneront, les hommes auront les yeux mouillés de larmes de n’avoir pas su éviter la catastrophe. C’est l’hiver, l’impuissance est partout.

Les fumées noires montent toujours plus haut. Plus nombreuses.

Voici venu l’hiver de notre déplaisir.

Philippe

Une battle d’écriture, comment ça marche ? Pour tout comprendre, cliquez ICI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s