battle « en direct du carreau » – un titre, un article 2

Règle de la battle; On vous donne le titre, à vous d’écrire l’article !

oh les filles

Article 1

Le journaliste avait deux frères et c’est tout. Pour lui les filles étaient un mystère, une énigme, à la vanille et il n’avait jamais compris pourquoi lui aurait été au chocolat. Face à lui, la fille se nommait Patience. Elle semblait sûre d’elle, placide, calme, impressionnante. Il avait beau se souvenir de ce qu’il avait tant fredonné; « j’aime les filles de chez Castel, j’aime les filles de chez Citroën… », cela ne lui était d’aucune utilité. C’était quoi, une fille? C’était féministe? C’était aux cheveux longs? C’était au bord de la mer? Cela devait s’appeler Françoise Giraud, Najat Vallaut-Belkacem, Christine Boutin ou plutôt Dalida, Simone de Beauvoir, Marguerite Duras ou Julie Gayet? C’était Maman? C’était en mini-jupe? C’était voilée? Il pensa : « Elle me rendent marteau ». Soudain, il vit au-dessus des têtes, la devise de la République : « Liberté, Égalité, Fraternité ». Il demanda à Patience : « Mais qui es-tu? » OH, LES FILLES, qui êtes-vous?

Geoffroy

Article 2

C’est drôle de constater cette multiplication de remarques désobligeantes vis-à-vis du physique : trop grosse, trop maigre, trop négligée, trop maquillée, trop petite, trop grande… Le problème, c’est quand ces remarques sont « normales », quand on prétend nous laisser vivre librement tout en nous assommant de publicités, de conseils beauté et de magazines spécial minceur. Fais-ci, fais-ça, épile-toi tous les matins en buvant ton jus d’orange sans sucre ajouté et en mangeant tes céréales spécial maigreur. Bon, je caricature, mais vous avez saisi l’idée. Et puis ce matin, j’ai eu une illumination. Et si on acceptait de rejeter les diktats imposés par d’autres? Et si on nous laissait faire ce qu’on voulait, quand on voulait? Vivre, tout simplement?

Oh, les filles, ça vous amuse vraiment de filer de l’argent à des multinationales pour des produits hors de prix et totalement inutiles parce que tout le monde vous répète que ces trois poils dont vous vous fichez sont absolument horribles? Parce que, pour ma part, ça ne m’amuse plus. Du tout. Alors non, je ne fais pas attention à ma ligne, je ne me maquille plus pendant une heure, je ne gâche pas un après-midi par mois à m’arracher la peau à la cire, et je dis « merde » à tous ceux qui me dérangeront. Vous devriez essayer, c’est drôle.

Patience

Une battle d’écriture, comment ça marche ? Pour tout comprendre, cliquez ICI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s