la liberté de la presse encore une fois menacée…

Ça s’est passé au Mexique, en novembre, Carmen Aristegui révélait l’existence d’une fastueuse résidence construite pour le couple présidentiel par une entreprise qui engrangeait des milliards de pesos (monnaie mexicaine) en contrats publics. On appelle cette villa la « maison blanche ».

Cette journaliste, qui est non seulement la plus populaire mais aussi la plus critique dans un pays où les médias sont majoritairement soumis, s’est fait virer quatre mois plus tard, le 15 mars dernier, avec toute son équipe, par la radio MVS où elle était employée parce qu’elle avait édité sur son blog son enquête sur cette corruption que la radio avait refusé de diffuser.  Selon certains éditorialistes mexicains, elle aurait pu obtenir le prix Pulitzer pour ses enquêtes au lieu d’être licenciée. Prix prestigieux que tout le monde aimerait avoir (comme moi par exemple) !

Plus de 200 000 personnes ont signé une pétition réclamant le retour de leur voix préférée et la fin de la censure. Je pense qu’elle devrait avoir le droit de dire ce qu’elle veut et mettre ses enquêtes sur son blog parce qu’elle dénonce la corruption. Un de ses anciens collaborateurs J.O. Fierro déclare : « Désormais, les journalistes ont peur ». C’est un signe de censure.

 

conoce_especial

la maison du président !

la maison du président !

La maison dont tout le monde rêve ! 😀

 Octavia

lien vers le site de Carmen Aristegui : http://aristeguinoticias.com/0911/mexico/la-casa-blanca-de-enrique-pena-nieto/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s